Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 07:50

 

 

 

Hier soir, Loulou m’envoie un SMS dans l’aprèm en me disant qu’il a une surprise pour moi. Comble de la cruauté je trouve quand on sait à quel point je suis impatiente alors qu’il va falloir que j’attende de rentrer chez moi le soir pour savoir. Je me pose plein de questions : j’hésite entre un bouquin, du chocolat ou le fait qu’il ait fait la vaisselle. Et quand je rentre, je trouve ça :

 

 

P1030536.JPG

J’ai encore pas pu attendre de les prendre en photo avant de me jeter dessus… 

Donc désolée pour la balafre sur le front de la petite fille !

 

 

 

Alors d’une si tu veux savoir, non la vaisselle n’était pas faite par contre.

 

 

Et de deux, oui, j’arrête pas de parler de Kinder en ce moment et notamment du/des visage/s du/des enfant/s sur la photo. Et comme tu vois, j’en découvre à chaque fois. Sur 5 paquets, pas un seul avec la même photo. Je suis complètement déstabilisée là ! Ca me perturbe toute cette histoire.

 

 

Petit trois, message personnel à l’attention de Loulou : comment veux-tu que je perde ces quelques kilos que tu me reproches d’avoir en trop en me réprimandant dès que je mange du chocolat si tu m’en ramènes toujours davantage ?

 

 

Petit quatre, est-il réellement possible de faire une overdose de chocolat ? Nan parce que même si j’adore ça, je suis pas certaine que mon foie supporte tout ça !

 

 


Cher lecteur, de toute évidence je suis obsédée par le chocolat en général et Kinder en particulier ; je te présente toutes mes excuses et te promets d'arrêter d'en parler au moins jusqu'à la prochaine fois (même si je suis en train d'en manger au moment même où j'écris ces lignes...). 

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 11:10

 

 

 

Pâques était hier comme tu le sais et aujourd’hui on se la coule douce même si j’ai pas de jardin, ça ne m’a pas empêchée de manger des chocolats, tu te doutes bien !


 

En parlant de chocolat, la semaine dernière, je te racontais comment j’avais été vraiment surprise par la nouvelle photo du gamin sur les paquets de Kinder.

 

 

Entre temps, pour mon anniversaire, on m’en a offert plein des Kinder justement. Il en faut peu pour être heureux il faut se satisfaire du nécessaire me faire plaisir : des chocolats Kinder (n’importe quels chocolats d’ailleurs) (sauf menthe ou orange chocolat) et je suis contente !

 

 

Bref, avec Pâques qui approchait, il s’agissait justement de la gamme chocolats de Pâques :

 

 

 

_MG_1573.jpg

Je ne te montrerai pas la photo des Kinder schokobons

 qui étaient déjà mangés avant même de revenir à Paris.

 

 

 

 

Mais les Kinder chocolats, quand j’ai voulu les ouvrir, il y avait ça sur le paquet :

 

 

 

_MG_1575.jpg

Désolée, la boîte est entamée (et même vide si tu veux tout savoir) :

je me suis un peu jetée dessus avant de prendre le temps de faire la photo !

 

 

 

 

Je me suis demandé ce qu’il se passait. Je me suis d’abord demandé si la date n’était pas passée et les chocolats périmés (Ô malheur !). Mais non non, ils étaient toujours schoko bons. Alors quoi, on change la tête de l'enfant Kinder tous les quatre matins, non mais c'est quoi ce bordel ! Ca vous dirait pas de remettre celui de mon enfance ?

 

 

 

Bon d'accord, c’est plus vraiment un gamin maintenant d’ailleurs, il ressemble à ça : 

 

 

kinder.jpg

Ca casse un peu le mythe là, hein !

 

 

 

 

Je ne sais donc toujours pas le pourquoi du comment et peu importe, des chocolats, à l’heure où j’écris, il n’en reste plus ! Voilà. 

 

 

Et toi, t'es chocolat ou pas ? 

 

 

 

 

C'était ma participation au "lundi parmi tant d'autres" chez Zaza

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 07:55

 

 

fonctionnaire

 

 

Ouais je sais le travail c’est hyper chiant. D’ailleurs t’as remarqué, j’en parle pas souvent. Entre les accrocs avec les collègues, les clients chiants et le prestataire… euh nan le prestataire, y a pas d’adjectif qui convienne pour lui – je voudrais pas être vulgaire, c’est quand même un blog qui a une certaine classe bordel de merde – bah je veux pas t’emmerder avec les galères du boulot. Tiens, je vais même pas te dire ce que je fais !

 

 

Et pourtant chaque jour amène son lot de surprises, c’est merveilleux ! Prenons une journée au hasard. Hier tiens par exemple.

 

 

Après les 3 ou 4 coups de fils d’usage (pour le boulot hein, j’appelle pas pour prendre des news de ma grand-tante Mauricette !), et quelques mails (ouais t’as vu, je suis fonctionnaire et même pas je commence par le café !), j’avais un rendez-vous terrain à 9h avec le prestataire et un bailleur. En partant à l’heure à laquelle je devais arriver, je risquais pas d’être à l’heure, mais passons, j’étais pas la dernière à arriver.

 

 

Tout se passe très bien, on visite, on mesure, on regarde, on prend des décisions, on discute. Rendez-vous très productif s’il en est (c’est loin d’être toujours le cas) puis chacun part de son côté. Je me dirige vers le scoot pour remplir deux trois papiers et là, le malaise. Nan mais un vrai malaise quoi ! Pas de là à m’évanouir, de toute façon je ne m’évanouis jamais (j’te jure, c’est un truc que je sais pas faire), mais je me sentais vraiment pas bien : palpitations, coup de chaud, tremblements…

 

 

Je me suis assise sur le trottoir, j’ai posé mes papiers comme j’ai pu sur mes genoux (pour faire style, je bosse et je remplis des trucs) (genre). Et j’ai attendu que ça passe. Y a bien des petits vieux en passant qui m’ont regardée bizarre, mais j’ai dû réussir à bien dissimuler le truc puisque personne n’est venu m’emmerder me demander si ça allait. Et tu sais quoi, c’est passé !

 

 

Le midi, déjeuner à la cantine avec les collègues. Pour une fois, y avait du monde. Même un collègue qui ne vient presque jamais. Et il a choisi juste ce moment-là pour faire une crise. Comme quoi tout le monde lui en voulait, qu’il était le paria, que les RH font exprès de l’emmerder.

 

 

Calimero.jpg

 


Il s’est agité dans tous les sens dans la cafèt et même si certains essayaient de le calmer, c’est monté crescendo : c’est un délit de sale gueule, vous en avez tous après moi, si ça continue je vais bouffer ailleurs, j’en ai rien à branler. Il est parti, il est revenu. Il s’est encore énervé. Et il est reparti. Il est revenu : j’ai bien entendu qu’il y en a qui ont dit que j’étais saoul ou que j’étais malade. Mais je suis pas saoul, je suis pas malAAAAde ! Etc… C’est avec ce collègue que je passe tout l’après-midi. Joie. Ca va être fun !

 

 

A ce moment-là, je me rappelle plus pourquoi je m’étais portée volontaire. Ah si, ça me revient : on va dans un fort militaire où on m’avait strictement interdit l’entrée un jour et moi, plus on m’interdit un truc, plus j’ai envie de le faire. Ouais, je suis une rebelle qui s’ignore ! Alors dès que l’occasion s’est présentée de faire une animation là-bas, j’ai sauté dessus (sur l’occasion, pas sur le collègue). 

 

 

 

 

fort-militaire.jpg

Nan, c'était pas là, mais j'aimais bien la photo !


 

 

Le trajet en voiture s’est mieux passé que je l’imaginais, le collègue s’étant excusé trois fois. On arrive au fort où on nous demande pièce d’identité, on contrôle la voiture, même avec un petit miroir pour voir ce qu’il y a dessous, histoire de vérifier qu’on n’ait pas caché des explosifs entre les essieux.

 

 

Avant d’obtenir nos badges, sésames indispensables pour pénétrer dans la forteresse, on nous fait patienter dans une salle d’attente pourvue de miroirs sans tain (c’est vrai, j’ai vérifié). Genre on est en garde à vue tu vois et comme on est sur une base militaire, derrière y a Gibbs qui nous observe. Ouais, je m’enflamme un peu je sais, j’ai cherché Gibbs, et c’est après que je me suis rappelée qu’on n’était pas aux Etats-Unis. Ah oui, et puis qu’on n’était pas dans une série non plus…

 

 

D’ailleurs où on était et pourquoi ils prennent tant de précautions, je te le dirai pas, même si maintenant je sais ! (bah oui, j’ai demandé, tu crois quoi). Mais ce que je peux te dire c’est qu’ils plaisantent pas là-bas. Malgré ça, et malgré la rigueur que j’attendais de la part de militaire, on a quand même passé un bon moment, dans une ambiance détendue.

 

 

Seul le Général (apparemment c’est un grade assez élevé, vu comme ils parlaient tous de lui et qu’ils osaient pas l’interrompre quand il parlait), nous a testés en tentant de nous piéger. Si mon collègue a été quelque peu déstabilisé (m’enfin après l’épisode de la cantine, pas de quoi être étonné), moi il m’en faut plus pour m’impressionner (quoi que tu me mets Ian Somerhalder dans la même pièce et je pense que je me remets de suite à bégayer et à baver comme quand j’étais bébé). Mais un Général, quand on fait pas partie de l’armée, ça n’impressionne pas. Même un Général fourbe. Et quand il l’a compris, il est devenu tout gentil et n’a plus rien dit. Nah !

 

 

La journée étant déjà un peu surréaliste, ça ne t’étonnera sans doute pas si je te dis que j’ai terminé l’après-midi à faire du vélo électrique dans les rues de la base. J’ai encore essayé de trouver Gibbs, mais pas moyen, il était pas là ce jour là…

 

 

 

 

velo_electrique_eagle_03.jpg

 


 

 

Mon boulot m’emmène quand même parfois à faire des choses plutôt étranges comme arpenter un cimetière en long en large et en travers, à me retrouver à écouter de la musique classique dans une petite boutique complètement démodée au fond d’une arrière cour. De quoi demain sera fait ? Je ne le sais point, comme je te dis, chaque jour amène son lot de surprises.

 

 

 

 

Et toi, ta journée, ça se passe comment ?  

 

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 07:14

 

 

 

Avec Loulou, on est un peu timbrés et on décide d’aller là où personne ne veut aller partis en Egypte l’été dernier. J’en avais parlé . Et comme j’ai jamais pris ni le temps de trier mes quelques 1822 photos, ni de te raconter, je me suis dit qu’il n’était jamais trop tard pour bien faire.

 

 

 

 

MG 7876 - Version 2

 

 

 

 

 

 

28 août 2011 – Jour 1

 


 


Tout a commencé au terminal 3 de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. Je connais pourtant bien cet aéroport pour y avoir embarqué un certain nombre de fois maintenant. Mais le terminal 3, celui-là, non je le connaissais pas. A vrai dire je me serais bien passée de le connaître un jour, puisqu’il ressemble plus à un grand hangar qu’à un terminal d’aéroport.

 

 

 

 

 

P1020429

 

Mais on se marre bien quand même au terminal 3 : mate un peu les toilettes !

 

 



La sécurité, c’est vraiment histoire de dire. Il y a bien un portique, mais des vrais contrôles, non pas vraiment. Moi qui commençais, par habitude à me déchausser, même pas la peine. Sur l’image du scanner où l’on dépose nos sacs, j’ai même l’impression de voir un flingue dans le bagage de la personne derrière moi. Mais le mec de la sécurité ne relève même pas. J’ai un peu paniqué quand même sur le moment, mais avec un peu de recul, je me dis que ça doit sûrement être mon imagination débordante.

 


 

 

Loulou, qui ne trouve rien de mieux à faire que de passer ses coups de fil perso à l’aéroport, est encore au téléphone avec sa mère lorsque l’enregistrement commence. Résultat, on passe parmi les derniers et on doit se contenter des places qui restent à bord de l’avion. On ne sera donc pas à côté l’un de l’autre dans l’avion. Ca commence bien. Dire qu’on était arrivés plus d’une heure avant le début de l’enregistrement pour être larges…

 

 


 

On découvre les joies de l’organisation à l’égyptienne avant même de décoller de Paris. Pour commencer, l’embarquement commence avec plus d’une demi-heure de retard sur l’horaire prévu non pas pour l’embarquement justement, mais pour le décollage.

 


 


L’embarquement tiens, parlons-en ! Des navettes nous conduisent, entassés comme des vaches en partance pour l’abattoir, sur le tarmac où on nous fait monter au petit bonheur la chance via des passerelles. A ton avis, que se passe-t-il quand on fait monter par l’arrière de l’avion des personnes ayant leur siège à l’avant et inversement ? Bah c’est le gros bordel !

 

 


 

Fallait qu’on s’y habitue, ça allait être comme ça aussi à notre arrivée en Egypte (ça allait être comme ça les deux semaines en fait). Retrouver notre guide, trouver le bon bus et enfin se mettre en route direction le bâteau de croisière s’est avérée être une mission des plus compliquées.

 

 

 

 

 

MG 7785

 

Mais une fois à bord, c'était quand même bien sympa

 

 

 

 

 

MG 7787


 



Arrivés sur le bâteau (enfin), on petit-déjeune (enfin) avant de rejoindre nos cabines composées de… deux lits séparés. Surprise ! Décidément, le hasard ne voulait pas nous réunir pour ce voyage !

 

 

 


Chambre petite mais confortable, nos deux lits finiront par se rapprocher pour n’en faire qu’un grand (immense serait plus approprié). Miroir en face du lit, ça me fait penser à cet article chez Arsinoe !

 

 

 

MG 8263

Tu vois, une fois les deux lits réunis, ça me nous faisait un peu de place pour... dormir ! 

Et puis t'as vu, ils se cassaient bien le cul le service d'étage quand ils faisaient la chambre

 

 

 

Je laisse tes idées vagabonder comme tu l’entends en entendant la suite du voyage jeudi prochain avec les premières visites…

 

 

 

A suivre (donc)…

 

 

 

 

C'est jeudi, on voyage... 


 

Le jeudi, on voyage aussi chez : 


- Pompon qui nous raconte ses anecdotes de voyages

- Le Punisher qui a de petits soucis avec ses chaussures de ski

 

 

 

Si toi aussi tu veux voyager, rien de plus simple, il suffit d’écrire un article sur le thème du voyage sur ton blog avec la photo du rendez-vous et un lien vers mon blog et de m’informer que tu participes !

 

 

Le thème du voyage est général et ouvert. Il est juste question de s’évader un peu une fois par semaine, sans nécessairement aller au bout du monde. Tu peux aussi bien nous raconter ton dernier week-end en bord de mer, une balade en forêt, ou encore une chanson qui t’a transportée, un livre ou un film qui t’a fait voyager.

 

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 07:52

 

 

 

P1030517

 

 

 

 

 

L’enfant kinder

 

 

 

Petite fringale l’autre jour alors que je faisais mes courses. J’achète un paquet de Kinder chocolat. Ca faisait super longtemps. Tellement longtemps que le gamin sur la photo, il avait pas du tout cette tête-là la dernière fois… Tu savais toi, qu’ils avaient changé la tête du gamin Kinder. J’en suis sur le cul. Et attends, c’est pas tout, ils cherchent déjà le prochain : 

 

 

P1030521

 

 

 

 

Les courses c’est toujours la grande découverte

 

 

 

Je crois que je sors pas assez. Ou que je fais vraiment pas les courses assez souvent. Rapport au fait que je déteste ça. Mais je viens de découvrir, avec stupéfaction, qu’il existait des serviettes hygiéniques à l’avocat. Ouais ouais, j’te jure. Comme il n’y avait rien d’autre en rayon, et devant l’urgence de la situation (en bonne fille bien prévoyante que je suis), bah je les ai achetées. Prochainement dans les bacs : le test de produit !

 

 

 

P1030512

 

 

 

Former des experts

 

 

 

En déplacement en entreprise je dois former des participants de plusieurs entreprises et je me rends compte qu’il y en a qui sont spécialisés dans le domaine dans lequel j’interviens. Aïe, qu’est-ce que je fous là et qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur apprendre en fait… Je ne stresse cependant pas autant que ma collègue qui n’aura pas ouvert la bouche de la matinée (sauf pour manger les croissants offerts). Heureusement qu’elle est venue quand même, pour porter la affiches et les docs (ouh la méchante !) Le côté positif, c’est l’accueil avec petit déjeuner : y a à boire et à manger ! Finalement, y en a qu’une qui connaissait plein de choses et les autres ont tous appris.

 

 

 

 

 

Kitschitude

 

 

 

Ca t’arrive à toi aussi d’avoir une chanson en tête toute la journée, sans arriver à te rappeler ni le titre, ni le groupe, ni les paroles ? Tu réfléchis, tu réfléchis et finalement…  Tout ça pour ça :

 


 


 

 De rien, c'est cadeau !

 

 

 


Paye ta coiffure

 

 

 

Assise dans la salon en face de Loulou ma sœur arrive par derrière moi et donc face à Loulou aussi et lui sort : « t’es vraiment trop mal coiffé comme ça ! ». Ce à quoi je réponds que c’est pas grave, je lui coupe les cheveux le lendemain matin. Et là, elle éclate de rire en me disant : « Nan mais c’est à toi que je parle, hein ! »

 

 

 

 

Révise ta géographie

 

 

 

L'autre jour, Loulou était en train d'expliquer à un pote qu'on comptait partir en week-end vers Lyon en mai et qu'on passerait sûrement par Nantes comme on y va avec ses parents. Aller à Lyon, de Paris, en passant par Nantes, t'as raison oui !

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 20:06

 

 

 

Déjà le terme rigologie en tant que tel, justement, il peut prêter à rire. Sauf qu’avec ma sœur, on est deux grandes stressées de la vie. Aussi, quand notre tante, diplômée en rigologie, nous a proposé d’essayer, on a dit oui !

 

 

 

 

Je suis allée à la séance avec beaucoup d’a priori en me disant que non seulement ce truc n’était pas fait pour moi mais qu’en plus, ça ne risquait pas de marcher. La thérapie par le rire, ça fonctionne très certainement j'en doute pas, mais se forcer à rire… mouais, pas convaincue.

 

 

 

 

Toutes les deux très mal à l’aise, on a eu du mal à se lâcher au début. Des exercices pas évidents où on doit faire des bruits un peu chelou et faire venir le rire. Devant tout le monde, c’est pas facile. Et puis on finit par se rendre compte que les autres ne sont pas là pour nous observer et encore moins pour se moquer et nous juger. Au contraire, ils font les exercices avec plus d’entrain que nous et arrivent mieux à lâcher prise. 

 

 

 

 

Et puis, on finit par rire. Pour de vrai. On a tellement des expressions, des poses improbables qu’on finit par en rire. Sans se poser plus de questions. On a terminé par une séance de relaxation qui m’a fait beaucoup de bien.

 

 

 

 

Bilan : je suis contente d’avoir essayé. Mais ce n’est pas pour moi. J’ai préféré la séance de relaxation à la fin. Par contre, ça m’a aidé à mieux comprendre les mécanismes du rire et je comprends que certains, à force de pratiquer, arrivent à rire plus facilement au quotidien et à libérer leurs angoisses de cette manière.

 

 

 

 

Rigologie.jpg

 

 

 

 

Même sans devenir adepte de la rigologie, il ne faut pas croire que ma vie soit terne et si on sait tous très bien que rire est bon pour la santé, ne t’inquiète pas pour moi, j’ai largement l’occasion de rire plusieurs fois par jour. Je ris :

 

 

 

- A chaque épisode de Cougar Town, Friends, Malcolm, How I Met Your Mother ou encore The Big Bang Theory

 

 

- Quand Loulou, passablement éméché, se prend pour un cheval et trotte dans le jardin

 

 

- Au travail, parce que même si c’est pas toujours ça, dans mon équipe, y a quand même plutôt une bonne ambiance

 

 

- Avec ma sœur à chaque fois qu’on lance une référence que personne d’autre ne peut comprendre

 

 

- Quand je reçois des textos un peu insolites, un peu farfelus, un peu improbables

 

 

- Toute seule en repensant à un truc

 

 

- Quand ma belle-mère a la fourche qui langue et nous sort un lapsus plus gros qu’un hippopotame obèse

 

 

- En se dandinant dans tous les sens avec Loulou en préparant la cuisine / faisant le ménage / pliant le linge…

 

 

- En lisant vos blogs et/ou vos commentaires dont certains passages me font hurler de rire

 

 

- Dès que je vois quelqu’un tomber par terre / se prendre un poteau, une vitre ou une porte / se ramasser les pieds dans le tapis… Un grand classique toujours efficace

 

 

- En soirée, en famille, entre amis, y a toujours des blagues ou des histoires qui fusent et généralement on se marre bien !

 

 

- En pensant à la prochaine connerie que je vais raconter ici !

 

 

- Quand je lis le WC book qui se trouve dans les chiottes, rempli de blagues (parfois ras des pâquerettes, mais que veux-tu il m’en faut peu pour être heureuse vraiment très peu pour être heureuse)

 

 

 

 

Et tellement plus encore !

 

 

 

 

Et toi, qu’est-ce qui te fait rire ?

 

 

 

 

C’était ma participation au « lundi parmi tant d’autres » chez Zaza

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 10:14

 

 

 

La semaine dernière, je prends une heure sur mon travail pour aller donner mon sang. J’ai donc bien déjeuné mais quand on arrive avec Loulou, je vois ces pâtes de fruits qui me font de l’œil et goinfre que je suis je peux pas m’empêcher d’en prendre deux.

 

 

La bouche pleine j’ai un peu de mal à articuler mon nom à l’abruti à l’accueil qui non content de n’avoir aucun sens de l’humour (c’est comme ça, les gens qui comprennent pas mes blagues de merde c’est qu’ils n’ont pas d’humour) insiste pour me dire que c’est pas possible que j’aie gardé mon nom de jeune fille. Abruti, c’est bien ce que je disais.

 

 

J’aperçois ça :

 

 

P1030529

 

 

et je pense à Colinette qui m’a très gentiment envoyé ça :

 

 

P1030527

 

 

parce que je chouinais pour pas changer que j’en avais pas eu lors de mon premier don. J’avais juste eu droit à un t-shirt XXL blanc…

 

 

Le médecin vient me chercher mais me fait d’abord monter sur la balance, alors que ça se voit quand même que je fais plus de 50 kilos.  Je sais pas si je dois être flattée qu’elle ait pu le croire ou être vexée du poids qui s’est réellement affiché ! J’en fais tomber ma dernière pâte de fruit. En plus elle était au citron…

 

 

Consultation ordinaire avec le médecin que j’ai un peu de mal à comprendre avec son accent (russe ?). Elle me demande où je suis allée récemment à l’étranger. Quand je lui réponds Egypte et Nouvelle-Zélande, elle me dit non. Autres pays où vous êtes allée. Je réponds Etats-Unis, Suède… et là elle me coupe en disant : non pas Europe et me baragouine un truc genre « testée pour le palu ». Je lui dis que non, j’ai jamais été testée ni vaccinée contre le paludisme.

 

 

Elle me dit que si, c’est eux qui m’ont testée la dernière fois que je suis venue. Dialogue de sourds ! Elle veut donc savoir où je suis allée. Je lui fais la liste de tous les pays où je suis allée, mais non y a rien qui va. Et là, oui là, ça me revient. Sache donc, qu’on peut te faire chier pour une escale à l’aéroport de Bangkok il y a plus d’un an alors que tu n’es pas sortie de l’aéroport et que tu n’as jamais visité la Thaïlande de toute ta vie !

 

 

Elle me laisse partir et m’envoie au combat sur un brancard pour me faire prélever. Devant ma mine déconfite (rapport à la pâte de fruit tombée par terre), Loulou m’en ramène une et quand l’infirmière s’intéresse à moi, c’est pour s’en offusquer : mais, c’est que vous n’avez pas mangé ce midi ? (gros yeux en sus) Euh bah si, j’ai même bien mangé, mais je suis gourmande. Regard perplexe. M’en fout !

 

 

Je m’interroge quand même sur le fait que je voie moins de monde se présenter ici au don du sang que dans ma petite campagne où il y a 25 fois moins d’habitants (j’ai compté, hein). Elle me répond que là, ça va, y a un peu de monde. Ah…

 

 

Quand je lui dis que je viens sur mon temps de travail, elle m’explique que les fonctionnaires de préfectures, eux, ont droit à leur après-midi entière et qu’ils en profitent bien souvent pour prendre tout plein de rendez-vous et qu’en général, ils gueulent très fort quand ils se font refouler puisqu’ils doivent alors retourner travailler. J’hallucine un peu quand même à ce moment-là.

 

 

Je vois tout le monde arriver après moi et repartir. Mon débit est plutôt faible. Pourtant je pompe comme je peux. Loulou a eu le temps de donner et même de manger sa collation que je n’ai toujours pas fini. Ca y est, c’est la fin, elle m’ôte mon aiguille et me met un pansement. Et là, un gros gros coup de chaud. Je me sens pas bien, d’un seul coup d’un seul.

 

 

P1030501

Tu ressors même de là avec une blessure de guerre, 

c'est intense quand même le don du sang !

 

 

Appel d’un homme à la rescousse et ils me mettent les jambes en l’air ! J’te jure, les brancards ils sont équipés pour et tout ! Ca va tout de suite mieux. J’attends quelques minutes et lui demande de partir. Non non, vous restez au moins 10 minutes ici.

 

 

Putain, 10 minutes, les jambes en l'air ça va être long, j’aurais dû emmener de la lecture… 10 minutes plus tard : je peux y aller. C’est pas tout ça, mais en plus de Loulou qui m’attend depuis tout ce temps et de l’horodateur qui défile, faudrait peut-être que je retourne travailler, là ! Apparemment, je suis toujours blanche (sans déconner) et on fait venir le médecin pour me prendre la tension. Le médecin veut pas me laisser partir. Arrrrggg. Nan mais ça va, là !

 

 

Il faudra que j’attende encore 10 minutes supplémentaires pour qu’on me laisse (enfin) regagner la collation. Y a des pépitos et depuis le temps que j’en ai pas mangé, crois-moi, je me rattrape bien.

 

 

Etant les derniers (depuis le temps, tu penses bien), on nous offre les sandwiches au saucisson qui sinon seraient jetés. On m’offre aussi une rose, puis deux, puis trois, puis quatre (je crois qu’ils seraient aussi obligés de les jeter).

 

 

Bilan de l’opération : une heure et demi pour donner mon sang, ça y est, je peux retourner travailler. Et tu le croiras ou pas, mais il m’a sacrément fatigué celui-là. Faut pas le dire trop fort, mais en fait le médecin et l’infirmière avaient raison de me faire patienter. Le travail, j’ai jamais vraiment réussi à me remettre dedans. Mais c’est certainement pas cette petite baisse de régime qui m’empêchera d’y retourner la prochaine fois.

 

 

Nan parce que tu comprends bien, même si j’écris sur le ton de la blague, mon sang je le donne dès que je peux. Une heure de mon temps quelques fois par an, c’est pas bien compliqué. Je trouve qu’on n’est d’ailleurs pas assez sensibilisé, j’en veux pour preuve le peu de participants.

 

 

Alors en dehors de tous ceux qui ne peuvent pas pour diverses raisons, il y a aussi tous ceux qui ne savent pas et qui sont mal informés ou mal accompagnés. Alors s’il te plaît, si t’es en bonne santé et que tu n’as pas (trop) peur des aiguilles, essaie d’aller donner. Ne serait-ce qu’une fois, pour voir ce que ça donne. Tu verras, c'est pas si terrible !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 07:21

 

 

 

6ème jour de ski à la montagne

 

 

Comme j’ai dit la dernière fois, le ski c’était terminé pour moi. Je ne suis pas revenue sur ma décision. De toute façon, j’avais tellement de mal à marcher le soir même que je ne vois pas comment j’aurais pu rechausser mes chaussures de ski. J’avais bien envie de tenter le parapente, mais le départ se fait à ski, alors il n’en était pas question. Et je suis pas Crésus. Point de parapente pour moi donc. Ni de moto-neige (à 60€ les 20 minutes, mes genoux oui).

 

 

J’ai donc profité du dernier jour pour faire des sessions photos et écrire toute cette série d’articles pour le blog. Et à râler aussi. Le peu de temps que j’ai passé avec le reste du groupe, j’ai été imbuvable. Rien de très folichon donc. 

 

 

 

 

 

MG 1469

 

Je suis même allée jusqu'à Annecy prendre des photos tellement j'avais de temps à tuer, c'est dire ! 

 


 

 

Mais il faut que je te raconte notre sortie au resto de la veille. Ou comment, on n’est vraiment pas sortables et que la fois suivante (s’il y avait eu), ils nous auraient refoulés à l’entrée !

 


 

Un séjour à la montagne sans se faire un resto n’est pas un vrai séjour à la montagne. Nous voilà donc partis à 6 pour dîner dans un petit restaurant de spécialités savoyardes. Avant même d’y mettre les pieds, je savais déjà que je commanderais une fondue. Une savoyarde.

 

 


On s’installe. On est à peine les plus bruyants de tout le resto et l’apéritif que l’on nous sert n’arrange pas les choses. Je dois vraiment plus tenir l’alcool parce que j’ai pas encore commencé à manger que j’ai déjà la tête qui tourne. Je suis pas la seule, ça me rassure un peu. On va donc mettre ça sur le compte de l’altitude ! Comme j’ai aussi déjà prévu de boire du vin à table, c’est définitif, je ne ramènerai pas la voiture. Désolée pour ceux qui ne boivent pas, ils feront encore une fois les chauffeurs…

 


 

On est deux à commander la fondue, les 4 autres choisissant une rebloche mixte. Genre de raclette mais avec trois types de fromages différents. Ouais, tu sais d’avance que tu vas sortir de là avec les fringues sentant l’odeur des pieds pas propres.

 

 


Le premier tour, tout va bien. On a un plat de fondue pour 2 personnes, les autres ont plus de fromages, de charcuterie et de patates qu’il n’en loge sur la table. Mais on a encore faim est des goinfres et ça suffit pas !

 

 


On recommande donc une deuxième tournée, et c’est reparti pour un tour de fondue, fromage, charcut’, pommes de terre ! On va s’arrêter là pour les fondues, mais les autres, même s’ils n’en peuvent déjà plus en redemandent encore. Et vient donc la troisième tournée de fromage, charcut’, pommes de terre. Et ils ont tous bouffé (à ce stade, je crois qu’on ne peut décemment pas se contenter de dire « manger » ou « déguster »). On se demande quand même si on va pas finir par se faire jeter dehors à en redemander sans arrêt.

 


 

Mais la troisième tournée aura eu raison de leur appétit d’ogre. Ca valait quand même son pesant de cacahuètes de voir leur mines déconfites quand le serveur s’est pointé avec la quatrième tournée de fromages, charcut’, patates ! C’était juste une petite blagounette de la part de notre serveur très décontract. Le serveur était tellement cool qu’il nous tutoyait même à la fin de la soirée. Si certains s’en offusqueraient facilement, au contraire, moi je trouve ça pas plus mal ! Je ne suis pas une grande fan du vouvoiement dans la langue française qu’on ne sait même pas toujours quand employer.

 


 

Bref, si tu crois qu’on allait s’arrêter de manger là, c’était bien mal nous connaître, nous voici donc à commander chacun un dessert. Je commande une coupe avec glace et liqueur à la cerise et surtout beaucoup de chantilly !

 


 

Quelle ne fût pas ma déception en voyant arriver la glace et liqueur à la cerise surmontée d’un toute petite crotte de chantilly. Alors quand l’un d’entre nous a commandé un deuxième dessert (oui, tu lis bien), j’en ai profité pour demandé moi-même un petit peu de chantilly parce qu’il n’y en avait presque pas dans mon dessert. J’ai fait une mine boudeuse, ça a aidé ! On m’a donc carrément apporté une coupe entière de chantilly rien que pour moi (et sans supplément sur l’addition) ! Miam.

 


 

Je suis pas du genre à faire de la pub, mais si vous passez un jour par la Clusaz en hiver, je vous recommande chaudement (ironique, n’est-il pas ?) le restaurant Les Airelles, pour l’ambiance, les plats délicieux et le très bon rapport qualité/prix.

 

 


On s’étonnera après ça que les gens prennent du poids quand ils partent aux sports d’hiver !

 

 

 

 

Sur ce, je te laisse avec quelques photos de la session de ce dernier jour : 

 

 

 

 

MG 1414

 

 

 

 

 

 

MG 1435


            En y regardant de plus près, on trouve des choses assez insolites dans les chalets à la montagnes ! 

 

 

 

 

MG 1458

 

Je sais plus trop où, sur la route d'Annecy 

 

 

 

 

MG 1465

 

Plages des Brunes - Rive du lac d'Annecy 

Je suis la seule quiche à aller à la plage quand tout le monde préfère skier !

 

 

 

 

MG 1466

 

 

 

 

 

MG 1470

 

Ma préférée.

C'est pas la lumière qui est déjà allumée,

c'est le soleil que l'on voit dans le réverbère...

 

 

 

 

 

C'est jeudi, on voyage...

 

 

 

 

Le jeudi, on voyage aussi chez :

 

- Memy

-

 

 

 

 

Si toi aussi tu veux voyager, rien de plus simple, il suffit d’écrire un article sur le thème du voyage sur ton blog avec la photo du rendez-vous et de m’informer que tu participes !

 

 

Le thème du voyage est général et ouvert. Il est juste question de s’évader un peu une fois par semaine, sans nécessairement aller au bout du monde. Tu peux aussi bien nous raconter ton dernier week-end en bord de mer, une balade en forêt, ou encore une chanson qui t’a transportée, un livre ou un film qui t’a fait voyager.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 10:59

 

 

 

 

190.jpg

 

 

 

Samedi dernier, Colinette, Pompon, Lady Baba des C&I, Sweet Lily Brown et moi, nous sommes retrouvées dans un petit resto très sympa à Paris.

 

 

Tout est parti de Colinette qui venait passer un week-end dans la capitale. Au départ, c’était pas gagné puisque le week-end choisi, c’était juste LE week-end de mars où j’étais pas à Paris.

 

 

[mode Caliméro ON] Quatre de mes blogueuses préférées qui se retrouvaient toutes ensemble pour déjeuner, et c’était juste à ce moment-là que moi j’étais pas dispo. La vie c’est vraiment trop injuste [mode Caliméro OFF].

 

 

C’était sans compter les multiples ressources de Gaëlle (oui maintenant je parle de moi à la 3ème personne) qui a fait des pieds et des mains pour arriver à se libérer ce jour-là. J’ai quand même pas pu échapper à une demi-journée de travail. J’ai imposé de partir à midi (puisque personne d’autre ne pouvait travailler ce jour-là, ma condition a été acceptée sans problème) ; on se retrouvait à 13h30, c’était jouable.

 

 

Ouais, enfin à un détail près. J’avais pas calculé que le temps de rentrer du boulot jusque chez moi pour me changer, pour ensuite repartir à l’autre bout de Paris, en 1h30, c’était pas faisable. J’ai tout regardé : métro ou voiture mon cœur balance, mais dans tous les cas en repassant par chez moi pas moyen, je serais forcément à la bourre.

 

 

Quand vint enfin le jour-J (car oui, je l’ai attendu avec impatience cette rencontre), le samedi matin, me voilà partie au taf avec fringues de rechange, déo (il faisait très chaud samedi), maquillage (un samedi matin, faut pas déconner, j’étais trop à la bourre pour me maquiller avant de partir), et tout mon bordel pro et perso dans mon sac à main (ce qui veut dire 2 jeux de clés de voitures, 2 portables, 2 carnets…).

 

 

J’me change en moins de 2 dans ma caisse (en espérant qu’il n’y ait personne dans les bureaux en face du parking), et je me maquille un chouilla, et c’est décidé, j’y vais en bagnole. Ca ira carrément plus vite, je risque juste de perdre un peu de temps pour me garer. Ca n’avance pas sur la route, c’est décidé, dès que je peux je file prendre le métro. Ah, attends, ça avance un peu, je vais continuer en voiture finalement. Nan, en fait fausse joie, j’irai en métro, je vais pas tenter le périph.

 

 

Bien m’en a pris malgré les 45 minutes de métro (je t’ai dit que c’était plutôt à l’opposé de Paris ?) aller ET retour, car il y avait une manif de motards sur le périph ce jour-là. Et malgré ce temps interminable dans le métro alors qu’il faisait un magnifique soleil à l’extérieur, je suis arrivée 1/4h en avance (incroyable, mais vrai), la première même (waouh). 

 

 

 

P1030509.jpg

Tu vois, y avait quand même un peu moins de monde

dans le métro que sur le périph finalement

 

 

Suivie par Colinette à qui j’ai eu le temps de raconter que j’avais même rêvé de cette rencontre la nuit précédente. Même si ça se passait pas tout à fait pareil ! Bref.

 

 

Attablées à la terrasse d’un sympathique petit resto italien, on mange, on papote. Un peu timides, un peu maladroites, c’est pas toujours évident, mais je suis tellement contente de les voir enfin, ces filles que j’adore lire.

 

 

Et des blogueuses, ça parle de quoi à ton avis ? De blog, un tout petit peu, mais pas tant que ça au final. On se raconte nos vies, on se découvre. Et puis le temps passe en fait trop vite. Ca fait déjà quelque temps qu’on est assises à la terrasse du resto, sans remarquer que tout est rangé autour de nous, les autres tables sont rentrées, le serveur n’attend plus qu’on parte.

 

 

L’au revoir n’est finalement pas si facile en ce qui me concerne, j’aurais aimé que ça dure un peu plus longtemps. Ce n’est qu’un au revoir et j’espère vous revoir toutes très bientôt. Le trajet du retour en revanche m’a semblé interminable (métro une fois, métro toujours).

 

 

Pour la petite anecdote, sur le trajet à pied jusqu’au métro, on a assisté à une manif (décidément, c’est la journée) en face de l’hôpital Saint Antoine : « Halte aux abus de la psychiatrie ». Et il faut dire que les manifestations à Paris, ça rameute les foules : ils étaient quatre. 

 

 

halte-aux-abus.jpg

La photo n'est pas de moi, mais c'était un peu comme ça, tu vois !

 

 

 

Et toi, t’as fait quoi le week-end dernier ? 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 21:43

 

 

 

fenetre.jpg

 

 

 

Vas-y pour blablater sur le thème « fenêtre » quand tu tiens un blog humeurs. Je t’avoue que je tourne et retourne ce mot dans tous les sens dans ma tête depuis deux semaines sans bien savoir ce que je vais pouvoir raconter ! Mais j’ai déjà séché le carnaval y a trois semaines, je voudrais pas que ça devienne une habitude !

 

 

D’habitude quand je suis pas trop inspirée, j’arrive toujours à me rattraper en en profitant pour poster quelques photos. Mais même en photos les fenêtres, y a pas, c’est pas ma plus grande source d’inspiration !

 

 

Alors, je vais te parler fenêtres en petites anecdotes. Attention, pas à la Leroy-Merlin, je me la joue commerciale pour vous vendre un produit, hein ! Non plutôt façon petites tranches de vie.

 

 

Le Punisher et Mr Darcy forever

 

 

 

 

 

 

 

Pas cette fenêtre là…

 

Je t’ai déjà raconté ici comment quand j’avais 17 ans, mon mec de l’époque est venu me rendre visite par un beau soir de… cuite ! Une belle nuit plutôt puisque chez moi, tout le monde était déjà couché. Il est donc venu frapper à la fenêtre de ma chambre. Sauf qu’un mec bourré, en pleine nuit, c’est pas ce qu’il y a de plus fin. Naturellement il s’est trompé de fenêtre et a frappé celle de la chambre de ma sœur…

 

 

Sœur qui dormait dans ma chambre (cherche pas, c’est juste un truc qu’on faisait pas mal à l’époque). Forcément comme personne ne répondait, il a insisté. Forcément à force d’insister, il nous a non seulement foutu la trouille mais il a aussi réveillé les parents. Mon père s’est levé, est allé voir dans le jardin ce qu’il se passait et a juste eu le temps de voir l’infortuné fiancé détaler la queue entre les jambes et sauter par-dessus le grillage.

 

 

Mon copain n’en menait pas large le lendemain et je pense qu’il a toujours peur de mon père depuis cet épisode, mais nous putain, qu’est-ce qu’on a pu se marrer ! J’en rigole encore tu vois ! 

 


Le Punisher et Mr Darcy forever

 

 

 

 

 

 

 

Comment je suis passée par la fenêtre

 

C’est par cette même fenêtre justement je sortais pour faire le mur et rejoindre le même mec aussi (ça a duré pas loin de 6 mois cette histoire) (une éternité quand on a 17 ans). Avec ma sœur (toujours la même aussi), on dormait souvent dans la même chambre (mais ça tu le sais déjà si t’as bien suivi).

 

 

On prenait juste le soin de mettre un traversin sous la couette, histoire de feinter les parents si jamais l’envie leur prenait de nous rendre visite et hop c’était parti, un petit tour par la fenêtre à l’aller et je revenais par le chemin inverse un peu plus tard dans la nuit. Je remercierai jamais assez ma sœur de m’avoir couverte à chaque fois (combien auraient dénoncé ou fait chanter à sa place ?) et je regrette juste de jamais avoir eu l’occas’ de lui rendre la pareille.

 

 

Le Punisher et Mr Darcy forever

 

 

 

 

 

 

 

Fenêtre spatio-temporelle

 

Je crois que ça n’existe pas (enfin si quelqu’un sait quelque chose à ce sujet, qu’il vienne tout de suite m’en parler), mais là franchement, je rêverais de trouver une fenêtre temporelle qui donne accès à des journées de 48h. Nan parce que là, c’est juste la folie ! (y a qu'à voir à quelle heure je publie cet article...)

 

 

Je sais, on en est tous là. Entre le boulot, les obligations domestiques (ménages et courses, ô joie), le temps consacré à la famille (même si au quotidien la mienne ne se compose que de deux personnes, il faut savoir qu’un Loulou c’est très demandeur d’affection) (et plus si affinités…) , les transports, les loisirs, la gestion d’un blog (tu peux comparer ça à un deuxième boulot), la recherche d’emploi (tu peux comparer ça à un troisième boulot) et un minimum de vie sociale, et mon besoin vital de dormir 9h/nuit, y a déjà pas assez de 24h dans une journée.

 

 

Mais ajoute à ça, de toutes petites choses qui viennent en ce moment (en fait c’est tout le temps, mais les petites choses changent) se greffer à ça et le décalage horreur (comme j’aime l’appeler) qui nous a supprimé une heure ce week-end et t’as juste envie de craquer (ou de prier très très fort pour que la fenêtre spatio-temporelle existe) (mais c’est moins réaliste).

 

 

 

deviation-gravitationnelle.png

 

 

 

Comme il n’est pas question de rogner sur ma vie sociale ni sur le sommeil, j’envisage d’arrêter d’aller travailler ! Ou d’arrêter de me laver, de manger ou de faire la lessive. Mais ça devrait aller mieux à partir du 31 mars. Quoique... !

 

 

Le Punisher et Mr Darcy forever

 

 

 

 

 

 

 

La fenêtre la plus moche du monde…

 

... se trouve dans mon appartement, et plus précisément dans ma salle de bain. Et oui, vous ne rêvez pas, voici un exemple du bon goût de ma proprio en matière de déco (et ce n’est pas le seul, en atteste la peinture verte et jaune dans la cuisine).

 

 

 

P1030511.jpg

 


 


Ce magnifique sticker impression vitrail te donne l’impression de te doucher dans une cathédrale pour une ambiance gothique au quotidien. Le côté mystique en moins bien entendu (quoi que je ne sois pas mécontente de ne pas faire ma toilette sous le regard inquisiteur de Jésus ou de ses apôtres). On notera par ailleurs une superbe ambiance florale et un manque de luminosité flagrant mais…

 

 

Mais le gros gros avantage, c’est quand même de pouvoir se doucher sans être observée par tous les passants dans la rue. Et ça quand même, c’est top !

 

 

Le Punisher et Mr Darcy forever

 

 

 

 

 

 

C’était ma participation au « lundi parmi tant d’autres » chez Zaza.

 

 

 

 

 

 

PS : Et si tu te demandes, pourquoi je scande Le Punisher et Mr Darcy forever  à chaque fin de paragraphe, va voir par le défi idiot que nous a lancé le Punisher 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article

Présentation

  • : Something about Gaëlle
  • Something about Gaëlle
  • : Jeune provinciale débarquée à Paris, jeune mariée, jeune débutante dans le monde du travail, jeune écrivain talentueuse (mouais peut-être), mais surtout jeune fille comme il y en a tant d'autres, voici enfin mon espace pour déverser mes humeurs, non sans humour
  • Contact

Suis moi là-bas aussi :

 

 facebook-logo     twitter-logo

Suivez-moi sur Hellocoton

bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

Archives

Liens