Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 20:13

 

 

 

saut_parachute_grenoble.jpg 

 

 

 

Et en plus ça rime…

 

 

Au cas où tu ne le saurais pas, hier je fêtais mon anniversaire. En vrai, je le fêtais pas, c’est juste que ça tombait ce jour-là. Le hasard faisant bien les choses, comme tous les ans, c'est encore tombé le 22 mars. 

 

 

Et alors, ça fait quoi de prendre un an de plus ? Bah pas grand chose tu sais. J’ai pas plus de rides ni plus de cheveux blancs qu’hier. Un peu plus de sagesse peut-être à la rigueur !

 

 

Je me suis rendue compte que je savais toujours pas manger proprement, quand encore une fois ce midi je me suis renversée de la sauce tomate sur mon t-shirt blanc. Résultat des courses, malgré les 25°C cet après-midi, j’ai du porter un pull tout l’après-midi au boulot pour cacher ça. Mon père m’a toujours dit qu’il me ferait manger le jour où je me marierais, tellement je mange comme une porcasse. Pour mon plus grand bonheur, il ne l’a finalement pas fait le jour J !

 

 

 

 

 

 

Par contre, j’ai compris hier que je ne tenais plus vraiment l’alcool. J’avais la tête toute chamboulée de mon verre et demi de champagne dans l’aprèm. J’ai mis ça sur le compte des températures estivales (tu conviendras qu’avec 25°C, on dépasse les normales saisonnières, hein ?), mais le vin ingurgité le soir même m’a prouvé que c’était pas la peine d’incriminer le soleil, l’ivresse venait bien de moi. Je comprends maintenant pourquoi on me propose de tester des comprimés anti gueule de bois !

 

 

Je ne tiens plus non plus la distance en soirée. 22h30, mamie n’en pouvait déjà plus et avait envie d’aller se coucher. Le vin n’aidant certainement pas dans l’affaire, mais j’étais déjà crevée en arrivant chez nos hôtes vers 20h. On fait pas encore les comprimés anti-sommeil ? Nan parce que je les essaierais bien ceux-là.

 

 

Je me suis sentie adulte cet aprèm quand Coline, étudiante en licence à la Sorbonne, est venue me poser des questions sur la collecte et le traitement des déchets. Quand je pense qu'en licence je devais faire la même chose, je n’imaginais pas qu’un jour, ce serait moi qui répondrais aux questions !

 

 

 

 

 

 

Mais sinon, c’est juste un chiffre de plus. J’en fais pas tout un foin, enfin je pense pas. J’en fais pas un cirque si on oublie de me le souhaiter. Et je n’attends pas non plus des monts et merveilles du côté des cadeaux. Une petite attention sincère me fait toujours très plaisir.

 

 

Et quand Loulou m’a offert son cadeau, je m’attendais à un parfum, une invitation au resto ou une sacoche pour mon appareil photo. Un truc du style quoi. Aussi n’ai-je pas été complètement surprise quand j’ai découvert, bien caché sous l’emballage, un livre.

 

 

Oui, un livre. Avec un joli titre : La Liste de mes Envies. Et à l’intérieur, un marque-page.

 

 

 

 

 

P1030505.JPG

 


 

 

 

Et sur le marque-page, tu sais quoi : « bon pour un saut en parachute ». Non, tu ne rêves pas, Loulou m’offre un saut en parachute pour mon anniversaire !

 

 

 

 

 

 

P1030506.JPG

Et il m'a même fait un joli dessin pour l'occasion ! 

(t'as vu, il dessine carrément mieux que moi)

 

 

 

 

Et là, je ne sais pas vraiment lequel de nous deux est le plus cinglé ? Moi pour l’avoir demandé, ou lui pour me l’avoir réellement offert ?

 

 

Parce que même si depuis quelque temps je le tanne avec ça, je pensais pas qu’il irait jusqu’au bout. Comme quand lui me gonfle pour que je lui achète une nouvelle moto ou une voiture alors qu’on sait tous très bien que ça n’arrivera pas !

 

 

Alors tu vois, je suis super contente, je plane même déjà. Mais je me chie monumentalement dessus à la pensée du moment où je me trouverai tout là-haut et qu’il faudra que je me jette dans le vide !

 

 

Mais ça promet une belle histoire à te raconter quand ce sera fait ! 

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 07:18

 

 

 

5ème jour de ski

 

 

 

 

Pour une grande sportive comme moi, les courbatures étaient inévitables au lendemain de la journée de ski de fond, et pourtant à ma grande surprise j’ai pas (trop) mal aux cuisses le lendemain matin. Mais je suis claquée.

 

 

On se remet en route direction les pistes. Toujours la verte pour moi, accompagnée de deux acolytes. Les autres complètement tarés aillant décidé de s’essayer au snow-scoot, un genre de vtt sur planches complètement indirigeable. Un peu comme le ski en fait !

 

 

 

 

 

IMAG0367

 

Le snow-scoot : tu vois, c'est juste un truc pour les grands malades ! 

 


 

 

Avec la fatigue, j’ai un peu de mal sur la verte où je me débrouillais pourtant plutôt bien l’avant-veille. Il y a pourtant une autre verte que j’aimerais bien prendre, qui est plus en altitude et plus sympa car beaucoup plus longue. Il faut dire que celle-ci, on la descend en 5 minutes. Je suis peut-être pas très douée (ouais je sais, c’est un euphémisme ; un peu comme dire que Nadine Morano est douée en politique), mais c’est quelque peu lassant de faire toujours la même piste, sans arrêt. Le supplice de Sisyphe, ça va 5 minutes ! J’ai aussi un peu envie de faire autre chose. A mon niveau de merde, mais autre chose quand même.

 

 

Le seul problème, c’est que pour redescendre au télésiège qui nous emmène vers cette fameuse verte, que je rêve de faire depuis le début, il faut redescendre une bleue. Et oui, la station est tellement mal branlée que si t’es nul, soit tu te contentes de redescendre tout le temps la même piste de 200 mètres, soit tu te démerdes pour rejoindre les autres pistes à ton niveau.

 

 

En marchant 500 mètres à pieds (comme si tu portais des converses quand t'es au ski !) pour rejoindre les remontées mécaniques, ou en descendant des pistes supérieures à ton niveau tant bien que mal. Bien sûr tu me diras, il suffit que tu prennes ta voiture, pour aller te garer à proximité du télésiège que tu veux emprunter pour rejoindre cette verte. Le problème reste le même, puisque pour rejoindre mon point de départ, c'est-à-dire le parking à côté du télésiège, il te faudra redescendre la bleue quoiqu’il arrive à un moment ou à un autre.

 

 

Je sais pas si je suis très claire, mais en gros tu te débrouilles, c’est ton problème, t’avais qu’à être bon. C’est bien fait pour ta gueule !

 

 

Mes deux acolytes jugent mon niveau suffisant pour être parfaitement capable de descendre la bleue qui mène au télésiège puisqu’elle n’est pas très pentue. Le seul truc, me prévient-on, c’est que la toute dernière partie de la piste pour accéder enfin au télésiège, est vraiment raide, mais ça devrait aller (attends la suite, tu devrais te marrer).

 

 

Je vais pas rester stagner là sur ma verte toute la semaine. J’ai tellement envie de faire l’autre verte, qui en plus peut nous ramener directement au chalet en prenant un raccourci, que je vais tenter la bleue. Ca devrait pas être si compliqué que ça, hein ?

 

 

Le bleue, c’est effectivement un boulevard. Une autoroute même. Dans le sens où elle est vraiment très large, je peux donc largement profiter de la largeur pour faire tranquillement mes virages. Il y a un peu plus de monde aussi. Et puis elle est quand même beaucoup plus longue que la verte. Mais je vais y arriver. Je sais que j’en suis capable, je vais la descendre.

 

 

Seulement… à mon rythme, c'est-à-dire très très lentement (je t’ai déjà dit qu’on pouvait difficilement aller plus lentement que moi) et en forçant beaucoup sur les mollets et les genoux pour me ralentir et essayer d’éviter de prendre de la vitesse. Parce que tu comprends, la définition du ski, selon moi, c’est de ne point prendre trop de vitesse dans la descente !

 

 

Et comme je t’ai dit, elle est longue. J’arrive donc en bas complètement claquée, j’en peux plus, je suis épuisée de forcer tant sur mes jambes et d’être aussi crispée. Surtout que la dernière partie s’est finalement avérée plus raide que je ne m’y attendais et j’ai préféré déchausser… Puis terminer sur le cul !

 

 

 

 

 

IMAG0356

 

Voilà, c'est en bas de la bleue là. Moi ? Je suis à droite, sur le cul ! 

 

 

 

Nous voilà enfin sur notre télésiège menant à la verte. Verte vraiment très agréable, c’est quasiment juste de la balade, et je peux largement profiter du paysage. Et comme elle mène tout droit au chalet, on en profite pour rentrer directement manger le midi.

 

 

 

 

IMAG0377

 

Arrivée en haut des pistes, c'est à peu près tout ce que ça m'inspire d'être là !

(en vrai on attend un pote qui n'arrivera jamais

puisque lui nous attend au chalet pendant ce temps-là...) 

 

 

 

 

 

IMAG0368

 

Ici, je crois que c'est ma portion préférée de toute la semaine. Dommage qu'elle soit pas très longue.

Et surtout qu'il faille descendre la bleue merdique pour prendre le télésiège qui mène jusque là !

 

 

 

 

IMAG0358

 

En bas de la portion que j'aime bien.

Au fond à gauche, on aperçoit le début de la grande verte. 

Et vise un peu la vue, ça claque, nan ? 

 

 


 

J’ai bien aimé la grande verte. Pour arriver jusque là, j’ai dû payer un forfait journée pour emprunter toutes les remontées mécaniques. J’aimerais bien profiter de l’après-midi pour refaire la grande verte. Mais je veux pas refaire la bleue. Hors de question, je suis trop fatiguée.


 

 

On emprunte donc la piste qui mène du chalet aux pistes et puis, on marchera à pieds jusqu’au télésiège, tant pis. On nous indique vaguement le chemin. Y en a pour 300 mètres. Ca va être chiant avec les chaussures de ski, mais c’est faisable. Sauf qu’on ne nous a pas indiqué le bon télésiège et qu’on a dû marcher pas loin d’un kilomètre.

 

 

A porter les skis et marcher dans ces chaussures de merde ski, j’en peux plus. Je suis déjà exténuée par la descente de la bleue le matin (et probablement par la semaine aussi). On prend le télésiège et je rentrerai directement au chalet via la verte. Non sans s’être fait abordés au passage par un québécois qui voulait prendre nos trombines en photos par pure bonté d’âme pour nous les refourguer une fortune après.

 

 

La descente de la verte était géniale, mais le calvaire pour arriver en haut de cette piste : plus jamais ! Je jette les skis l’éponge ; j’arrête le ski. C’était mon dernier après-midi, je n’en referai pas demain. C’est ter-mi-né ! Je suis tellement exténuée que j’ai failli piquer une crise de nerfs contre cette putain de porte de garage qui ne voulait pas fermer à clé. Et voilà comment se sera terminé le ski alpin pour moi. 

 

 

 

Allez, histoire qu'on finisse pas sur une note trop négative, je te montre deux petites photos bien sympatoches. Le résultat n'est pas à la hauteur de mes espérances (tout comme pour le ski, t'en conviendras !), mais de nuit sans trépied, c'est pas fastoche (t'as vu j'suis poète) : 

 

 

 

MG 1480

 

 

 

 

 

 

MG 1493

 

 

 

 

A suivre…

 

 

 

 

 


 

C'est jeudi, on voyage...

 

  

Le jeudi, on voyage aussi chez :

- Colinette 

- Manon

-

 

 

 

Si toi aussi tu veux voyager, rien de plus simple, il suffit d’écrire un article sur le thème du voyage sur ton blog avec la photo du rendez-vous et de m’informer que tu participes !

 

 

Le thème du voyage est général et ouvert. Il est juste question de s’évader un peu une fois par semaine, sans nécessairement aller au bout du monde. Tu peux aussi bien nous raconter ton dernier week-end en bord de mer, une balade en forêt, ou encore une chanson qui t’a transportée, un livre ou un film qui t’a fait voyager.

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 07:11

 

 

verre-de-vin-rouge-la-bouteille-et-la-miche-de-pain-pate-ai.jpg 

 

 

 

Hein ?

 

Loulou m’a raconté aujourd’hui avoir ramené une bouteille de pain. Bouteille d’eau ? Baguette de pain ? Les deux ? Le mystère reste entier…

 


 

Quand faut y aller, faut y aller

 

Quand tu crois que ta dure journée est belle et bien terminée, nan faut ressortir. Pour une corvée encore plus grande que d’aller bosser : le rendez-vous annuel chez la gynéco. Annuel mon cul (si je peux me permettre), ça doit bien faire trois ou quatre ans que je repousse l’échéance du ramonage en règle !

  


 

Bonne action

 

J’ai donné mon sang hier. Au programme : des fleurs offertes, une Colinette (qui sait pas encore pourquoi) et une partie de jambes en l’air, comme dirait Brie. Mais c’était justement trop folklo pour ne pas faire l’objet d’un article à part entière prochainement.

 


 

Rapport d’enquête

 

On a enfin goûté le simex brendi. C’est dégueu. Très fort, c’est certain, mais sans aucun goût. Mais c’est bien un digestif. Nous voilà bien avancés maintenant. Les copains, vous saurez ce qu'on vous proposera maintenant quand vous viendrez nous voir ! 


 

MG 0638

 

 

L’arme fatale

 

Le numéro 2 passait lundi soir à la télé. Danny Glover alias le sergent Murtaugh a raison : j’suis trop vieille pour ces conneries. Mais j’ai regardé jusqu’au bout.

 


 

Par contre…

 

Sarkozy dans Capital dimanche soir, j’ai zappé. Et oui, je me suis un peu remise à la télé. C’est que j’ai fini toutes les saisons de Véronica Mars et j’ai plus rien à me mettre sous la dent… pour l’instant.

 

 

 

Les hommes et leur esprit pragmatique

 

Moi : Va falloir que j'aille faire les courses très bientôt. 

Loulou : Ah bon ? 

Moi : oui, on a presque plus de PQ. 

Loulou : bah quand on en aura plus, on arrêtera de chier. 


Oui, voilà, y a qu'à faire comme ça. 

 

 


Alcoolo alcoolo, est-ce que j'ai une gueule d'alcoolo ? 

 

Contactée pour tester des compléments alimentaires aidant à faire passer la gueule de bois, il semblerait que contrairement à la fessée, les copines de blog n'ait rien reçu. Si je suis la seule, dois-je me poser des questions ? Remarque, ils sont peut-être tombés sur cet article ! Le produit s'adresse apparemment aux femmes actives qui veulent être en forme dès le lendemain matin pour assumer pleinement leurs responsabilités ! Hummm, même si j'apprécie une petite bière ou une bouteille un verre de vin à l'occasion, je pense que je vais quand même passer sur ce coup-là. 

 

 

 

Brave bête, mais un peu naïve quand même !

 

Loulou actuellement sous sa douche pense que je suis en train d’écrire une lettre de motivation. Alors qu’en réalité, je suis en train de twitter et d’écrire cet article. Hum, mais ça va pas s’écrire tout seul non plus… Procrastination quand tu nous tiens !

 

 

fonctionnaire

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 07:30

 

 

 

Code route pour nuls

 

 

 

La classieuse et intelligente Brie Vent du Sud m’apprenait hier qu’en ce moment c’est la « semaine internationale de la courtoisie sur la route». Tu as bien lu, pas une journée mais bien une semaine. Tu as bien lu, pas nationale mais bien internationale la semaine. Quoique ça revient presqu’au même : à nous tous seuls les Français, on doit bien battre le record des plus grossiers au volant. Et de loin…

 

 

 

 

 

semaine-internationale-de-la-courtoisie-sur.jpg

 


 

 

Je me suis dit que c’était l’occasion de ressortir le « tome 4 du code la route pour les nuls » de mes tiroirs. Ecrit depuis quelque temps déjà, il attendait juste le bon moment pour être publié. Si t’as loupé les derniers volets, c’est par ici. Nan parce que moi, tu vois, faut pas me faire chier quand je conduis !

 

 

Ce qui m’énerve par exemple, ce sont les deux voitures qui se croisent et qui s’arrêtent pour faire la causette quand toi t’arrives derrière. Bah si t’as envie de discuter, soit vous n’avez qu’à vous rappeler un peu plus tard, soit si vraiment c’est urgent et que ça peut pas attendre (visiblement ça l’est pour que vous vous arrêtiez en plein milieu de la route), vous allez vous garer un peu plus loin. Mais dans tous les cas, vous dégagez la route et vous arrêtez de faire chier !

 

 

La variante de cette configuration : la voiture qui s’arrête en plein milieu de la route, d’un seul coup, sans prévenir pour… téléphoner ! Bah voyons.

 

 

Quand sur l’autoroute tu passes de deux voies à une, par définition, ça crée quelques ralentissements. Ralentissements encore accrus par tous les crétins qui se croient plus malins que les autres et qui, au lieu de se rabattre et de patienter comme tout le monde, en profitent pour doubler la file entière et se rabattre au dernier moment en emmerdant le monde amplifiant encore le ralentissement. Et merci à Ragnagna d’avoir partagé ce lien avec moi : ça illustre parfaitement mon propos.

 

 

Un autre truc, je ne comprends pas comment les petits cons collégiens d’à peine plus de 14 ans peuvent être autorisés à conduire des cyclomoteurs motorisés quand déjà ils ne maîtrisent ni leur engin, ni les notions élémentaires de code de la route. En plus ils ont, pour beaucoup, des scooters débridés (contrairement à nos scooters de merde travail). Alors quand l’un d’entre eux, qui forcément roule plus vite que moi, arrive par derrière, je me décale sur la droite pour qu’il puisse me dépasser tranquillement par la gauche. Mais non, ce petit crétin conducteur décide que ça doit être plus fun de doubler par la droite par la voie pour les cyclistes. Et encore, celui-là il portait un casque…

 

 

Je terminerai par un exemple du quotidien (du mien en tout cas) : quand ça bouche complètement au carrefour, y en a qui s’entêtent à passer malgré tout. Que le feu soit vert, orange ou même parfois rouge. Ca sert à rien, leur file est complètement bloquée devant, tout ce qu’ils gagnent c’est de rester coincés en plein milieu du carrefour. Et là, ton feu à toi, qui arrive perpendiculairement, passe au vert. Tu pourrais avancer, ça bloque pas devant sur ta file, mais… y a toujours ces putains de bagnoles bloquées au milieu du carrefour qui t’empêchent de passer !

 

 

 

 

 

fuck-au-volant.jpg

 

  

 

Alors je veux bien être polie. Je veux bien être gentille. Je veux bien dire bonjour à la dame et tout et tout. Laisser passer quelques piétons. Et même (attassion hein je ne l’admettrais qu’une seule fois), je veux bien admettre mon erreur quand c’est moi qui suis en tort (j’ai jamais dit non plus que j’avais un comportement infaillible sur la route) (mais presque, hein, faut pas déconner non plus !).

 

 

Mais tant qu’il y aura des abrutis qui continueront de rouler comme des branches à foin sur la route, en mettant en danger aussi bien leur vie que celle des autres, bah vous êtes pas prêts d’arrêter de m’entendre hurler des « ducon la joie », « pouffiasses », « retournes passer ton code tête de bite » et autres gentillesses !

 

 

 


Chassez le naturel, il revient à 110 km/h au galop !

 

 

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 08:00

 

 

 

MG 1137

 

 

Vous parler de bougies aujourd’hui lundi 19 mars pour un lundi parmi tant d’autres m’est particulièrement difficile pour des raisons qui me sont personnelles.

 

 

 

 

Alors j’ai tourné en rond devant cette page blanche (en vrai devant mon clavier d’ordinateur, mais c’est pareil), aussi bien que cette nuit dans mon lit en me creusant la tête. Que vais-je donc bien pouvoir raconter.

 

 

 

 

Pas envie de virer au pathos, donc ce qui est personnel le restera. J’ai par contre hésité à rééditer cet article où le temps d’une soirée on a vécu comme il y a deux siècles (si je dis au siècle dernier, ça ne marche plus) (je te rappelle qu’on avait tous déjà l’électricité au siècle dernier !) (putain voilà qui me rajeunit pas ça non plus).

 

 

 

 

Seulement je me suis dit que tu méritais mieux que ça lecteur et qu’une composition originale s’imposait.

 

 

 

 

En parlant de bougies donc, dans les prochains jours, je vais en souffler 28. Tu noteras que je me rapproche dangereusement du chiffre fatidique des trente ans et pour autant, le moins que l’on puisse dire c’est que ça fasse tout sauf me faire frémir.

 

 

 

 

L’âge n’est qu’un nombre et je ne suis pas une de ces angoissées qui pètent un câble des années à l’avance à l’approche du changement de dizaine. Je préfère profiter du temps présent sans me poser trop de questions.

 

 

 

 

Ce qui me fout le plus la trouille en revanche, c’est le temps qui est derrière moi. Je peux dire des trucs comme « il y a 10 ans », « il y a 15 ans », « il y a 20 ans » et me souvenir des choses. Je me souviens très bien par exemple de ce soir de novembre 1989 où mes parents m’ont collée sur le canapé devant la télé en me disant : « regarde, un jour ça fera partie de l’histoire ». Cette histoire de mur qu’on était en train de faire tomber, je ne comprenais absolument rien, mais je m’en rappelle très bien. C’était il y a 23 ans.

 

 

 

 

Tout ça pour te dire que mes 28 bougies, je les souffle dans la semaine. Ma famille s’étant d’ailleurs inspirée de ma liste au père-noël (toujours pour un lundi parmi tant d’autres) pour m’offrir mes cadeaux (bah oui finalement, même si elle lui était adressée cette lettre, le père-noël ne s’est encore pas trop bougé le cul cette année pour mes cadeaux), j’en profite pour faire ici ma wish list :

 

 

 

 

J’hésite donc entre un saut en parachute et des chaussons moelleux en forme de vache ! Maintenant, débrouillez-vous avec ça ! Haha je sais, c’est moi qui suis vache pour le coup.

 

 

 

 

Et comme je passe un entretien d’embauche justement ce jour-là, ce qu’on me souhaitera surtout, si ça te dérange pas, c’est que je ne me chie pas trop dessus et que ça passe !

 

 

 

 

En attendant je te laisse avec un petit dessin fait maison : 

 

 

 

img014.jpg

Voilà pourquoi ça m'inquiète pas tellement de vieillir :

parce que j'ai toujours 5 ans dans ma tête

(et je sais toujours pas dessiner !)

 

 

 

 

 

C'était ma participation au "lundi parmi tant d'autres" chez Zaza 

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 08:10

 

 

Nan je ne vais pas te barber parler politique. Les dettes, la crise, les plans d’austérité, j’y connais pas grand chose, à part que c’est pas bon signe. Loin de moi l’idée de t’expliquer et débattre de choses que je ne comprends même pas moi-même.

 


 

Mais je ne vais pas t’épargner l’une des dernières bourdes de Loulou !

 


 

Une salle des fêtes au fond fin d’un petit village normands (quand je dis petit, c’est genre 7 maisons dont 5 fermes, plus une église, une mairie et une salle des fêtes donc). Une soirée d’anniversaire. Une bonne ambiance. De la musique et là, passe Bella Ciao.

 

 


J’aime beaucoup cette chanson. Alors déjà parce que j’aime la plupart des chansons en Italien, même les très vieilles (Adriano Celentano est mon ami, ainsi que les kitschissimes Ricchi e Poveri) (si tu connais pas, Youtube est TON ami !) et puis surtout parce que j’adore ce que dégage cette chanson. Quelque chose de gai, d’enjoué, c’est festif et plein d’espoir. Tu pourras dire que j'ai des goûts de chiottes, c'est d'ailleurs fort probable, mais j'aime un point c'est tout ! 

 


 

Alors quand j’ai vu mon Loulou commencer à danser le sirtaki sur une chanson partisane italienne, que veux-tu, j’ai pas pu m’empêcher de me marrer !


 

 

On mettra ça sur le compte du punch. Et de sa culture musicale lacunaire,  rappelle-toi.

 

 

Et je te laisse avec ladite chanson : 

 

 

 


 
  

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 07:13

 

 

 

4ème jour de ski

 

 

 

 

 

Pour ne pas rester bloquée sur mon niveau merdique en ski alpin changer un peu, quatre d’entre nous décidons de faire du ski de fond. Après tout, j’ai beau ne pas apprécier l’alpin et être plus que nulle, peut-être que j’aimerais le ski de fond. Venant une semaine à la montagne ce serait quand même dommage de ne pas essayer le ski nordique.

 

 

Nous voilà donc équipés avec des chaussures déjà beaucoup plus confortables que celles pour le ski alpin. Par contre, les skis c’est pas ça. Des espèces de trucs très fins qu’on emboîte seulement au bout de la chaussure au niveau des orteils. Paye ta stabilité avec ça…

 

 

 

 

 

 

MG 1338

 


 

 

Après des débuts un peu laborieux pour trouver l’équilibre, je m’en sors finalement pas si mal et j’arrive à avancer. Et à un bon rythme même… les dix premières minutes. Puis après, ma condition physique se rappelle à moi. Je te rappelle que je suis une grande sportive pour qui se lever du canapé quand je regarde une série télé représente déjà un effort colossal.

 

 


 

Me voilà donc en train de haleter et de gravir les montées à tous petits pas. Des montées, justement, il n’y a quasiment que ça… Moi qui croyais que le ski de fond, c’était principalement du plat, des petites descentes et quelques rares montées, bah je suis pas déçue.

 

 

 


Me voilà à cracher mes poumons, à haleter comme une vache et à forcer sur mes cuisses et mes bras. Au moins la raclette de la veille, je vais l’éliminer rapidement à ce rythme-là !

 

 

 


On arrive même à avoir chaud, à transpirer comme des gorets (vise un peu la métaphore filée sur les animaux de la ferme). On se remue tellement qu’on est en nage. On s’est vraiment bien couverts parce que je te rappelle que depuis le début de la semaine on frôle les -20°C. Sauf qu’on a choisi le jour le plus chaud de la semaine pour faire du ski nordique : il faisait presque 0°C et par endroit on est même montés jusqu’à 4°C ! Youhou Autant te dire que les couches de vêtements diminuaient à vue d’œil. L’un d’entre nous a même fini torse nu à la pause déjeuner. Juste le temps de se changer. Mais quand même !

 

 


 

Pause déjeuner bien sympathique d’ailleurs, le cul dans la neige, dans un coin reculé, rapport aux chalets envahis par les gamins des centres aérés du mercredi après-midi.

 

 

 

 

 

MG 1353

 

A la pause déjeuner on trouve même un peu de temps pour étendre le linge ! 

 

 


 


Et puis après la pause, on entame le retour. Tu te doutes bien que si on a fait quasiment que monter jusque-là, vient le temps de redescendre puisqu’on fait une boucle.

 

 


 

La descente justement, parlons-en ! Je t’ai dit un peu plus haut que les skis, très fins, n’étaient pas très stables. En plus d’être peu stables, ils sont indirigeables. Hormis en montée, difficile de choisir la trajectoire qu’ils vont prendre, même en très faible descente. En très difficile de ralentir, même en chasse-neige. Ca doit sûrement s’apprendre, mais nous pauvres débutants, on sait pas faire.

 

 


 

 

Pour nous guider, il y a deux traces dans la neige qui guident le passage des skis. Très pratiques en montée, ça devient vite ingérable en descente puisqu’incapables de freiner. Vas-y toi tenter le chasse-neige quand t’as les deux skis bien calés dans des rails.

 

 

 

 

 

 

 

MG 1340

 

 

 

 

 

 

En ligne droite pas (trop) de problème, mais un virage en descente et c’est la panique. Le plus expérimenté d’entre nous a bien tenté de nous démontrer qu’on pouvait prendre les virages même en descente. Démonstration à l’appui, il part devant et… se ramasse la gueule en plein dans le virage. Il faut donc sortir des rails pour la descente. CQFD !

 

 

 

 

 

 

MG 1356

 

 


 


J’aurais quand même au final pas trop mal géré les rails dont je ne suis quasiment pas sortie. Ma seule chute (de la journée) (de la semaine même), ce sera à l’arrêt, à cause d’une perte d’équilibre avec ces merveilleux skis. Oui, la honte. Tu peux le dire !

 

 

 

 

 

 

MG 1376

 

 

 


En redescendant en direction du parking, on aura quand même réussi à voir le Mont Blanc qui a fini par être complètement dégagé en fin de journée. C’est bon, je ne suis donc pas venue dans les Alpes pour rien et je vais enfin pouvoir arrêter de faire la gueule par rapport à l’après-midi de la veille.

 

 

 

 

 

 

MG 1391 

 

Là, tu vois dans le fond, c'est bien lui qu'on voit. Enfin ! 

 


 

 

 

MG 1393

 


 


Bilan de la journée : ça ne s’est pas fait tout seul ; j’ai franchement eu du mal à gérer les skis mais j’ai adoré le ski de fond. Petit bonus, ça m’a en plus permis d’éliminer la raclette de la veille et mes cuisses me disent merci. Pour le moment, parce que je risque fort d’en chier des ronds de chapeaux le lendemain !

 

 

 

 

 

 

 

A suivre…

 

 

 

 

C'est jeudi, on voyage...

 

 

 

Le jeudi, on voyage aussi chez :


 - Elucubrations

-

-

 

 

Si toi aussi tu veux voyager, rien de plus simple, il suffit d’écrire un article sur le thème du voyage sur ton blog avec la photo du rendez-vous et de m’informer que tu participes !

 

 

Le thème du voyage est général et ouvert. Il est juste question de s’évader un peu une fois par semaine, sans nécessairement aller au bout du monde. Tu peux aussi bien nous raconter ton dernier week-end en bord de mer, une balade en forêt, ou encore une chanson qui t’a transportée, un livre ou un film qui t’a fait voyager.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:05

 

 

 

Internet-Problems

 

 

 

Tu as 50 onglets ou fenêtres d’ouverts en même temps sur ton ordinateur. Puisque, c’est bien connu, faire 50 000 choses à la fois, c’est beaucoup plus productif que de faire chaque chose en son temps… Mais non, la blogueuse veut être partout, tout le temps, en même temps.

 

 

 

 

Tu as l’impression d’avoir un deuxième boulot à plein temps.

 

 

 

 

Tu trimballes toujours sur toi un carnet pour être bien sûre de ne pas passer à côté d’une bonne idée d’article pour ton blog. 

 

 

 

 

Ton appareil photo est le prolongement de ta main, pour être bien sûre d’avoir une photo originale pour illustrer tes articles ; ton téléphone portable est le prolongement de ton autre main : Facebook, Twitter, Hellocoton ne peuvent pas attendre !

 

 

 

 

Tes amis ne t'appellent plus, ils prennent des nouvelles via le blog !

 

 

 

 

Tu croyais qu’en tant que consommateur la plupart des grandes marques se foutaient de toi, tu te rends compte qu’en tant que blogueuse, des marques dont tu n’as jamais entendu parler avant veulent que tu écrives un article qui déchire tout pour vanter les mérites de leurs produits – que tu ne connais pas, mais c’est pas grave. Au passage, ils se foutent toujours de toi, mais c'est pas pareil !

 

 

 

 

En plus des opérations marketing, tu reçois des emails un peu chelous te proposant de vanter les mérites de l’adultère ou encore de la fessée entre adultes (voire d’y participer). True Story. 

 

 

 

 

Lors d’une conversation, tu te surprends à dire : « tiens ça me fait penser à une copine qui… » et en fait tu parles d’une blogueuse que tu n’as jamais vue mais avec qui tu as des interactions quotidiennes.

 

 

 

 

Tu as des tendinites aux poignets à cause du temps que tu passes sur ton clavier et des maux de crâne à force de regarder un écran à longueur de temps.  

 

 

 

 

T’es devenue geek : ta facture d’électricité a triplé à cause du temps passé sur ton ordinateur ; ton ordi justement, cet outil indispensable, n’a plus de secrets pour toi ; Wifi et 3G non plus, tu arrives à te connecter en (presque) toute circonstance.

 

 

 

death1 

 

 

 

 

Et toi, accro au blogs aussi ?  

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 07:30

 

 

 

Ou plutôt, c’est quoi Hermann ?

 

 

 

 

Vendredi, je te proposais une variante du jeu le Schmilblick, où il fallait tenter de deviner ce qu’était Hermann.

 

 

 

MG 1526


 

 

Déjà, il faut savoir qu’entre temps, Hermann a fait des petits, qui sont allés faire le bonheur (ou pas) d’autres foyers.

 

 

 

 

Hermann n’est pourtant pas un animal de compagnie. Ce n’est même pas un animal du tout. Ni une plante.

 

 

 

 

Certaines ont proposé un frigo, un poêle à bois ou encore mon bac à compost (ou sa variante : mes poubelles). Ce qui était drôlement bien trouvé par rapport à ce que j’avais pu laisser comme indices, mais c’était pas ça.

 

 

 

 

D’ailleurs dès le premier commentaire, Onee (qui n’avait pas bien lu la consigne) a vendu la mèche. Je suis arrivée juste à temps pour limiter les dégâts en cachant provisoirement son commentaire !

 

 

 

 

Certaines ont honteusement triché en allant chercher sur Internet. Oui oui, vous vous reconnaîtrez traitresses ! C’est moche quand même, hein ! Pourtant j’avais bien essayé de feinter en écrivant Herman avec un seul « n » au lieu des deux qu’il prend habituellement.

 

 

 

 

Et certains connaissaient Hermann et n’ont laissé que des indices sans donner la réponse. Ce qui a probablement dû encore plus perturber celles qui ont bien voulu jouer le jeu sans tricher ! Ceux qui savaient déjà ont dû bien se marrer en lisant les commentaires tous plus drôles les uns que les autres. Ce que je peux dire en tout cas, c’est que vous ne manquez pas d’imagination.

 

 

 

 

Allez, je coupe le suspense, et je te le dis, Hermann, c’est :

 

 

 

une pâte à gâteau !

 

 

 

 

 

 

J’ai reçu, il y a presque quinze jours une petite boîte tupperware avec de la pâte à gâteau en fermentation accompagnée d’une feuille A4.

 

 

 

MG 1531


 

 

La feuille expliquait le fonctionnement d’Hermann. Hermann est un gâteau de l’amitié. Tu le reçois d’un ami. Le 4ème et le 8ème jour, Hermann a faim et tu dois lui donner à manger : 200ml de lait, 125g de farine et 200g de sucre.

 

 

 

MG 1524

 

Hermann, une fois qu'il a bien mangé ! 


 

 

Puis le 9ème jour, tu le divises en 4 parts égales dont 3 seront pour donner à des amis qui vont à leur tour nourrir Hermann (enfin j’espère !).

 

 

 

MG 1529

 

Hermann et ses bébés, prêts à partir !

 

 

 

La 4ème part, tu la nourris une dernière fois, tu l’agrémentes de fruits, de chocolat, de cannelle, enfin de ce que tu veux, tu le fais cuire et tu le manges. 

 

 

 

 

Donc Herman, tu vois, on l’a mangé. Et il était bien bon. Je l’ai séparé en deux : un à la banane (je voulais mettre du chocolat mais j’ai zappé) et un banane/coco. 

 

 

 

P1030496

 

Hermann à la banana/coco (enfin ce qu'il en reste...)


 

 

Et les bébés Hermann sont eux tranquillement en train de grandir chez des amis. Z’avez intérêt à en prendre soin ! Et qui sait, peut-être même qu’un jour Hermann va finir par atterrir chez toi…

 

 

 

 

 

Et maintenant que tu sais, je t’invite à aller relire les commentaires, tu verras c’est vraiment très drôle une fois qu’on sait. 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 07:45

 

 

 

Pour le thème d’aujourd’hui, j’ai hésité à te reparler de mes chaussettes. Mais je me suis dit qu’on avait certainement déjà largement fait le tour de la question, donc j’ai cherché quelque chose de plus, hum, intéressant. Je suis sûre que tu m’en remercie déjà.

 

 

 

J’ai hésité à ne poster qu’une image toute blanche. Un clin d’œil pour les plus physiciens d’entre nous. Au passage, je n’ai absolument pas l’esprit scientifique. Je suis une littéraire, une pure et dure, pas la peine de me parler théorèmes et théories, tu risques de perdre ton temps à essayer de m’expliquer quelque chose que certes, je comprendrais certainement sur le moment, mais que je vais oublier dix minutes plus tard ! Bref, je me suis dit que ce genre de blagues ne ferait rire que moi de toute façon.

 

 

 

J’ai pensé aux arcs-en-ciel, aux tags, à des tableaux. Ces objets de la vie quotidienne tout en couleurs. Mais j’ai rien trouvé qui m’inspirait parmi mes photos.

 

 

 

En revanche, j’ai retrouvé mes photos de Nouvelles Zélande (celles que j’ai un peu délaissées et n’ai jamais pris le temps de trier).

 

 

 

Et les photos que j’ai prises au parc de Rotorua, sur l’île du Nord, se prêtent parfaitement au thème « multicolore ». Je tiens à préciser que je n’en ai retouché aucune d’entre elles. Et je te laisse donc admirer ce que la nature peut nous offrir de magnifique : 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4316

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4317

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4323

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4328

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4346

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4387

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4404

 

 

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 4440

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article

Présentation

  • : Something about Gaëlle
  • Something about Gaëlle
  • : Jeune provinciale débarquée à Paris, jeune mariée, jeune débutante dans le monde du travail, jeune écrivain talentueuse (mouais peut-être), mais surtout jeune fille comme il y en a tant d'autres, voici enfin mon espace pour déverser mes humeurs, non sans humour
  • Contact

Suis moi là-bas aussi :

 

 facebook-logo     twitter-logo

Suivez-moi sur Hellocoton

bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

Archives

Liens