Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 07:15

 

 

 

Sans-titre.png

 

Quoi, tu le savais pas ? Ah oui, que je te prévienne tout de suite, malgré le titre, il ne s'agit pas d'une énième parodie de Bref. J'ai déjà fait ça !

Donc comme je te disais dans le titre, à mes heures perdues je suis scénariste pour des séries télé humoristiques. Et attention, pas n'importe lesquelles : Bref et How I Met Your Mother ! Rien que ça. Et oui, donc je suis internationale. La grande classe. La classe internationale quoi ! 

Le seul hic, c'est que les auteurs de ces séries n'en ont pas la moindre idée. 


Mon talent est inexploité, inutilisé, je suis la seule à savoir toutes les possibilités et le potentiel qu'il pourrait y avoir dans mes idées. 


Attends, avant que j'aille plus loin, que je ne te perde et qu'accessoirement je me fasse péter les chevilles avec toute ma modestie, laisse-moi t'expliquer. 


J'ai rêvé l'autre jour que j'étais co-scénariste de la série Bref. Donc on était là à plusieurs, on brainstormait (si c'est un mot) (sur mon blog ç'en est un en tout cas) et on avait des idées de malades pour des situations assez improbables dans lesquelles on avait pas encore vu le héros : Bref, j'avais rendez-vous avec mon banquier, Bref j'ai changé d'opérateur téléphonique, Bref j'ai dîné chez mes beaux-parents, etc. 


Bon je vais pas développer plus ici au cas où les scénaristes tomberaient sur cet article et décideraient de me contacter tu ne croierais pas déjà que je suis assez frappée comme ça, mais on a quand même fait émerger des idées assez balèzes. 


Et c'était pas une première. J'avais rêvé il y a quelques mois, non pas que j'étais scénariste de How I Met Your Mother (j'ai un tout petit peu exagéré tout à l'heure) (juste un tout petit peu, j'te jure), mais que je regardais un épisode inédit. Alors, j'ai une bonne mémoire mais quand même faut pas pousser, ça remonte bien à plusieurs mois donc je te raconterai pas l'épisode en détail, je me souviens juste que Lily était enceinte de plusieurs mois (et... non spoiler... je me tais) et le reste est maintenant très flou (j'aurais dû le noter au réveil comme me l'a conseillé mon psy) (nan j'ai pas de psy, mais ça faisait bien de dire ça je trouve) (j'aurais peut-être besoin d'en consulter un vu les rêves que je fais parfois). 


Rêve


Ce dont je me souviens très bien par contre, c'est que cet épisode était hilarant. J'étais pliée de rire, tellement que je ricanais dans mon lit en dormant. Apparemment assez fort pour réveiller Loulou, mais de façon tellement bizarre aussi qu'il a cru que j'étais en train de pleurer et m'a réveillée pour me demander ce qui m'arrivait. Faut pas lui en vouloir de m'avoir réveillée parce que bon, lui à ce moment-là, il croyait que je chialais vraiment et que donc j'étais déjà éveillée. 


Mais en fait si, je lui en veux un petit peu quand même parce que...


... bordel, je saurai jamais comment se termine ce putain d'épisode !!! 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 08:05

 

 

 

… que j’ai un peu la poisse ? Nan parce que là c’est la série noire (muahaha) (tu vas vite comprendre pourquoi je ris jaune).

 

 

 

 

 

Tout a commencé lundi soir, quand j’ai invité Miss Bavarde et DarkGally pour une petite session ciné à l’appart. Tu sais, avec le vidéoprojecteur qu’on avait trouvé. Tout allait très bien : la quiche cuisait tranquillement dans le four pendant que je préparais mon article du lendemain (celui d’hier quoi) et Loulou avait été un ange en bougeant les meubles du salon de manière à organiser une mini-salle de cinéma (en plus confortable – mon canap’ c’est trop de la balle – et avec en prime la table basse).

 

 

 

Entre temps, les filles arrivent, non sans s’être un peu égarées en cours de route. Faut que tu saches que dans mon quartier il y a tellement de travaux que c’est un peu Beyrouth en ce moment, ou Verdun à cause des tranchées. Bref, c’est le gros dawa. Elles se garent tant bien que mal en attendant que je vienne les chercher et là… c’est le drame :

 

 

 

 

coupure d’électricité…

 

 

 

 

T’avoueras que pour regarder un film, c’est quelque peu casse-burnes embêtant. On avait pas mal d’appareils en marche, ça vient sûrement de là ; je file chercher les filles en laissant Loulou bidouiller, ça va le faire.

 

 

 

Sauf que… bah l’électricité, elle est jamais revenue. Alors certes, on a quand même passé une très bonne soirée, mais on s’est rendus compte que l’électricité c’est quand même bien pratique (on le savait déjà en fait, mais c’est une chose qu’on prend pour acquis) : la cuisson de la quiche dans mon four électrique était heureusement bien avancée, mais pas de plan B en regardant la télé et je pouvais même pas proposer de musique d’ambiance pour compenser… Quant au reste : pas de sèche-cheveux, pas de machine à laver (j’en ai pourtant plusieurs à faire avant de partir au ski samedi), pas de téléphone fixe (merci la box), ni de réveil. Certes, les portables peuvent prendre le relai, s’ils sont chargés !

 

 

 

Heureusement pour tout le reste il y a mastercard on tourne au gaz ou au fioul !

 

 

 

Remarque, une petite soirée à la lumière des bougies, ça permet de ne pas voir que c’est moche et sale chez moi a son charme aussi.

 

 

 

 

 

MG 1139


 

 

 

Pendant ce temps, Loulou a cru malin de sauver le contenu de notre congélo en sortant tout sur le rebord de la fenêtre parce que, je cite : « il fait plus froid dehors que dans le congèl ». Moui, enfin, de -18°C dans le congélateur, on a encore quelques heures avant que ça ne remonte à -1°C, température extérieure…

 

 

 

DarkGally et sa poisse légendaire a bien tenté de nous faire croire que c’était de sa faute et EDF prévoyant l’arrêt de la panne vers 23h, elle m’a dit : « tu vas voir, c’est quand je vais repartir que ça va revenir ! ».

 

 

 

Mais que nenni, ce n’était point de sa faute et la fée électricité (cette connasse plutôt) n’est pas revenue à 23h. Ni à minuit. Ni à 1h. Mais quand à 5h du matin elle s’est enfin décidée, le seul interrupteur qui était en marche dans tout l’appart, c’était celui de la chambre, tu penses bien, nous réveillant en sursaut.

 

 

 

 

 

 

Et là, tu crois que l’histoire s’arrête là, mais hier après-midi, on m’a informée d’une nouvelle coupure dans mon quartier touchant cette fois-ci 900 logements… Pour avoir accès à Internet, et accessoirement un peu de lumière, je suis restée traîner à mon bureau, non chauffé (mais on peut pas tout avoir).

 

 

 

N’ayant vu ni l’heure passer ni tout le monde partir, je me suis retrouvée enfermée avec mon scoot dans la cour du château, sans les clés pour ouvrir la grille. Heureusement, il restait une autre personne… le directeur !

 

 

 

 

 

EDF a essayé d’intervenir sur la panne, mais à l’heure où j’ai écrit cet article* (20h hier soir), ce n’était toujours pas revenu…

 

 

 

 

 

MG 1137


*article écrit au stylo sur un carnet, donc...

 

 

 

 

On pense fortement que les coupures sont dues aux travaux dans le quartier puisque ce n’est pas la première fois. Heureusement, ça va, il n’y en a plus pour très longtemps : fin des travaux prévue… en 2013 !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 08:00

 

 

 

Comme tu le sais, j’ai horreur de faire les courses. Nan, tu sais pas. Beh je te le dis voilà, je DETESTE ça ! Mais vraiment. Aller slalomer au milieu des allées et des gens à la recherche de ma nourriture, bah ça me gonfle.

 

 

Alors jusque là ça allait à peu près puisque on les faisait ensemble avec Loulou qui, lui, adore faire les courses (je sais, il doit y avoir un truc qui tourne pas rond chez lui).

 

 

Sauf que depuis que Monsieur a changé d’horaires au boulot, il ne rentre désormais pas avant 19h/19h30 tous les soirs. Sachant que notre supermarché ferme à 19h30, tu peux faire le calcul, ça fait un peu juste !

 

 

Et faire les courses le samedi, c’est NO WAY ! Parce qu’un samedi sur deux, on est pas là. Parce que les samedi restants, bah Loulou il bosse aussi, donc même problème. Parce que le samedi t’as tout le monde : la petite famille avec tous les enfants qui courent partout, les célibataires qu’ont pas le temps le reste de la semaine et puis - il faut bien le dire - tous les retraités qui n’ont pas assez des cinq autres jours de la semaine pour les faire et qui viennent t’emmerder le samedi !

 

 

 

 

caddie-supermarche.jpg

 

 

 

 

Bref, maintenant j’y vais seule, toute seule, le soir en semaine.

 

 

 

 

 

Et depuis que je vais faire les courses seule :

 

 

 

- J’ai développé un certain talent pour l’acrobatie : pour attraper les trucs en hauteur je fais de l’escalade entre les rayons et mon chariot ;

 

 

- J’ai des biceps à faire pâlir Arnold Scharze… comment ça s’écrit ça ?... à faire pâlir Sylvester Stallone donc ! A force de porter les sacs jusqu’à mon appart, tu penses bien !

 

 

- Je ne fais plus de grosses courses et je limite le superflu : pour la même raison que sus-mentionnée, les sacs hyper lourds et je veux pas faire 15000 aller-retour. Je me contente de l'essentiel pour ne pas être trop chargée, tout en achetant suffisamment pour éviter d’y aller régulièrement...

 

 

- Je n’achète plus de bières, alors que pourtant on adore ça tous les deux mais… toujours la même raison, les bières, c’est lourd et ça prend de la place, donc toute seule, c’est non. A moins que je n’achète QUE ça ! Hummm à méditer, tiens...

 

 

- Le caissier - ainsi que tous les autres clients qui patientent à la caisse - me déteste : je n’ai pas fini de mettre mes courses sur le tapis que mes articles sortent déjà à l’autre bout. Le temps que je finisse de tout poser sur le tapis, la plupart de mes articles sont déjà passés à la caisse et s’entassent comme des merdes à l’autre bout de la caisse ; ça me prend une heure pour tout ranger dans mes sacs.

 

 

- On me demande sans arrêt où se trouve tel ou tel truc dans le magasin : p’tain y a marqué que je travaille ici sur ma gueule ou quoi bordel ? Nan pourtant. Mais c’est bien connu, la ménagère de moins de cinquante ans qui fait ses courses toute seule, elle sait parfaitement où se trouvent TOUS les articles dans le magasin… 

 

 

 

 

 

Et toi, les courses, c'est ton dada ? (Omar Sharif sort de ce corps)

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 07:35

 

 

 

Nan, c’est pas un article qui parle de sexe. Ca va pas la tête ! Zaza elle nous demande de lui raconter nos petits rituels du coucher, mais chez nous, c’est un peu tout chamboulé depuis environ un mois. Nan, on a pas d’enfants en bas âge et figure-toi que le chouinard celui du dessus, bah ça y est, il nous emmerde plus fait enfin ses nuits. Deux ans qu’on attendait ça !

 

 

 

Pour autant, le moment du coucher n’est pas simple chez nous. Avant, tu vois, Loulou il commençait le boulot soit à 5h soit à 7h du matin. Alors je m’étais calée sur ses semaines à 7h et comme ça on se levait en même temps une semaine sur deux et on avait un rythme à peu près similaire.

 

 

 

Je te vois arriver avec tes gros souliers et me demander pourquoi je me suis pas calée sur ses semaines à 5h. Nan mais oh, faut pas déconner non plus ! Me lever à 6h15 quand je ne pars de chez moi que deux heures plus tard, c’est déjà pas mal alors faut pas pousser.

 

 

 

Donc on se couchait assez tôt, puis on se levait tôt. Et moi, le matin, j’en profitais pour me ruer sur l’ordi pour bloguer faire pas mal de tâches ménagères (vaisselle, repasser le linge, etc) pour être débarrassée le soir et avoir le temps de bloguer profiter de Loulou.

 

 

 

Voilà, ça c’était avant. Mais depuis le 1er janvier, enfin le 2 puisque le 1er c’était un dimanche il ne travaillait donc pas (à tous ceux qui vont me dire, oui puis c’était férié un peu aussi, je répondrais que TOUS les jours fériés sont travaillés dans sa boîte, sauf quand ça tombe un dimanche justement) (cette année pour la première fois on a donc pu fêter Noël ET le nouvel an), il commence le boulot à 11h30. Ouais, ça change carrément. Et c’est tout un rythme à reprendre pour qu’on puisse passer un peu de temps ensemble le soir.

 

 

 

Donc maintenant, on se couche plus tard. Je me lève (un peu) plus tard. Loulou il reste toujours au lit quand je me lève et pour moi c’est très dur…

 

 

 

Et puis le soir, il est pas fatigué, alors il voudrait veiller et pas se coucher de bonne heure, mais moi je peux pas me coucher la première. Parce que j’ai peur des monstres le sommeil très léger et si je sais qu’il va peut-être ou peut-être pas arriver bientôt, tout en sachant qu’il me réveillera forcément en venant se coucher, bah j’arrive pas à m’endormir, parce que psychologiquement je dois me dire que si je m’endors pour juste 10 minutes ou un quart d’heure, quand il viendra me réveiller, bah ce sera foutu et j’arriverai plus à me rendormir.

 

 

 

Je sais, je suis un peu barrée. Mais c’est comme ça. J’y peux rien. Je peux pas m’endormir si je me couche la première.

 

 

 

Alors j’attends qu’il vienne se coucher, puis je suis crevée et le matin c’est dur…

 

 

 

 

Lundi-chez-Zaza 1134

 

 

 

 

Et quand (enfin) on va se coucher, bah j’enfile un de ses caleçons (propre hein le caleçon, je suis pas une de ces fétichistes qui raffolent des sous-vêtements odorants) (beurk) (même que ce sont les caleçons dans lesquels il rentre plus) (rien ne se perd chez nous), je me mets bien au chaud des mes draps (nouveaux draps qui au passage sont les plus confortables du monde) (c’est aussi pour ça que j’ai tant de mal le matin) et je vérifie 15 fois minimum que j’ai bien mis mon réveil.

 

 

 

Je vérifie l’heure qui s’affiche, je vérifie l’heure du réveil, je revérifie l’heure qui s’affiche, je vérifie le volume de la radio, je vérifie que j’ai bien enclenché le réveil, puis je revérifie l’heure du réveil, si j’ai bien enclenché le réveil. Et ensuite une fois que tout est ok, je me tourne une dernière fois vers le réveil pour voir si le point rouge s’affiche bien vers Loulou pour lui faire un bisou. Ok, des bisous. 

 

 

 

Je peux pas m'endormir tant qu'on s'est pas fait de bisous. D'ailleurs si on s'est pris le chou un peu avant de se coucher, peu importe le temps que ça faudra, mais on a intérêt à régler le problème sinon je dormirai pas ! Lui ça le dérange absolument pas, il s'endort quand même, ce qui m'énerve encore plus en je m'endors encore moins ! C'est très con et je crois que ça me vient des filles du Docteur March, quand l'une d'entre elles dit qu'il ne faut jamais laisser le soleil se coucher sur sa colère ou un truc du style ! 

 

 

 

Ensuite on fait les petites cuillères. Nan mais pas la position sexuelle. Qu’est-ce que j’ai dit au début de l’article ? P’tain faut tout te répéter ! Nan les petites cuillères, c’est quand on se blottit tout l’un contre l’autre. Mais attention, d’une manière très particulière, parce que contrairement à beaucoup de femmes, je supporte pas d’être emprisonnée quand je suis au lit, même dans les bras de mon Loulou. Donc il se tourne de son côté, puis je viens me blottir tout contre lui. Je passe un bras sous mon oreiller et l’autre par-dessus lui et on s’endort comme ça...

 

 

 

 

 

C'était ma participation au "lundi parmi tant d'autres" chez Zaza

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 18:25

 

 

 

Parce que moi je sais toujours pas ! Non pas que je n’ai pas choisi ma bouteille. Si, je sais très bien celle que je vais ouvrir. Ce que je ne sais pas c’est ce que je vais boire. Ce qu’il y a dedans si tu préfères.

 

 

 

Là tu vois pas très bien où je veux en venir, j’en suis sûre.

 

 

 

C’est un mystère pour nous.

 

 

 

Vois-tu, on nous a offert cette bouteille. Je sais pas pourquoi on nous offre régulièrement des bouteilles. De vin, de champagne, de cidre (celle-là, je t’en reparlerai un autre jour, toujours à l’occasion des apéros du week-end chez Onee-Chan) et de… bah… on sait pas bien quoi au juste !

 

 

 

Tiens regarde, tu vas comprendre par toi-même :

 

 

 

 

 

_MG_0638.jpg

 

 

 

 

 

On sait qu’il y a de l’alcool dedans. 40,0%. C’est bien écrit dessus. Et puis à vrai dire, c’est à peu près tout ce qu’on comprend. Nan, pas à peu près. C’est TOUT ce qu’on comprend.

 

 

 

Si je me plante pas, celui qui nous l’a offert est originaire de Yougoslavie. En tout cas, ça s’appelait comme ça quand il est né. L’histoire géo, c’est pas ma tasse de thé, mais je me dis que ça vient peut-être de là-bas, enfin de Serbie ou de Croatie par exemple.

 

 

 

Ca vient peut-être de Roumanie remarque. J’ai l’impression qu’il y a des racines latines dans le texte. Enfin le texte… les quelques mots écrits sur l’étiquette.

 

 

 

Loulou a bien tenté de m’expliquer qu’il s’agissait de Cognac, m’enfin même si j’en suis pas une consommatrice avisée, je suis quand même Picto-charentaise à l’origine et je peux t’affirmer que le Cognac n’a le droit de s’appeler Cognac que s’il est provient d’une zone de production qui dépasse à peine les frontières des Charentes. Alors ça ressemble peut-être à du Cognac, mais ça n’en est certainement pas !

 

 

 

Bref tout ça pour te dire qu’on n’a pas la moindre idée de ce qu’on va prendre à l’apéritif.

 

 

 

On devait le goûter hier soir, mais étant malade et mon cerveau ayant décidé d’aller se taper contre toutes les parois de ma boîte crânienne, je me suis dit que ce serait peut-être une bonne idée de repousser la consommation d’alcool et par là même la dégustation. Aujourd’hui, ça ne va pas tellement mieux, la suite au prochain épisode donc pour en savoir plus sur cette fameuse bouteille. 

 

 

 

 

 

IMAG0313.jpg

Tiens, quand je te dis que je suis malade : 

tu vois je passe ma journée enroulée dans une couverture polaire. 

Ce qui ne m'empêche pas de faire l'andouille avec les bottes de moto

de Loulou 3 fois trop grandes pour moi. 

Tu crois que je suis prête pour me lancer dans le blog mode ? 

 

 

 

 

 

Et toi, t’as une idée de ce que ça peut bien être cette bouteille ?

 

 

 

 

 

 

C’était ma participation aux apéros chez Onee-Chan et Chou

 

 

 

Capture d’écran 2011-12-16 à 07.46.05

 

 

 

 

A suivre… 

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 18:52

 

 

 

La page blanche

 

Oui à la base, c’était temporaire les brèves, mais finalement j’aime bien le format (beaucoup moins le titre !), et comme j’ai pas écrit un mot cette semaine (quand je dis pas un mot, c’est pas un seul mot !), ça ira très bien comme ça !

 

 

 

MG 9730

 

 

 

Je suis maladeeeeeee…

 

Complètement maladeeeeeee ! Ceci expliquant cela, voilà pourquoi j’ai rien écrit cette semaine. Non pas que j’ai rien foutu, car malgré tout j’allais au boulot, où j’étais même plutôt débordée puisque je bosse à flux tendu en ce moment (une fonctionnaire qui se plaint qu’elle travaille trop, je sais, c’est moche…).

 

 

 

I told you I was sick

 

 

 

 

Voilà l'été l'hiver !

Ce matin j’ai mangé une pomme gratté ma voiture pour la deuxième fois de l’hiver. La première fois, c’était ce jour-là. La météo annonce de la neige pour mardi. Est-ce que l’hiver arriverait enfin ? Un 27 janvier, il serait peut-être temps…

 

 

 

 

Scoot toujours

 

Remarque, je suis pas forcément pressée que l’hiver s’installe puisque ça y est, j’ai récupéré mon scoot qui était en réparation depuis cet incident. 51 jours plus tard donc. J’ai failli attendre…

 

 

scooter

 

 

 

 

Sauf que…

 

Entre temps, mon gentil Loulou s’est acheté un gros joujou une moto qui prend toute MA place dans le parking deux-roues ! Oui, à nous deux, on remplit la moitié du parking deux-roues… Puis d’ailleurs Monsieur va bien vouloir aller l’essayer ce week-end, m’empêchant de rester à l’appart pour glander me reposer un peu !

 

 

 

 

Les connards sur la route…

 

Sont pas toujours ceux qu’on croit. Tu te rappelles que j’arrête pas de me plaindre ici, ou encore de tous les cons qui savent pas conduire. Et pourtant ce soir en rentrant, aveuglée par le soleil couchant (t’as vu, ça rime), c'est bien moi qui ai failli shooter un piéton que je n’ai absolument pas vu (y a pas de pare-soleil sur les scoot et je voyais vraiment pas grand chose avec le soleil juste en face à ce moment-là). Je n’escortais pourtant pas de ministre en direction de l’aéroport...

 

 

 

 

Entretien d’embauche

 

Ou pas. Si tu connais Dark Gally, tu dois savoir qu’elle a vraiment pas de bol dans ses recherches d’emploi. Faut croire que moi non plus. Aux courriers que j’ai envoyés, les seuls qui m’aient répondu et proposé un entretien l’ont annulé deux jours avant (soit lundi pour mercredi) puisqu’ils ont décidé de ne plus recruter (c’est la crise pour tout le monde, faut croire). La chance que j’ai eue dans mon malheur, c’est que – l’entretien étant prévu à 400 bornes de chez moi – je comptais y aller en voiture et je n’avais pas acheté de billet de train. Enfin le soir même j’ai quand même reçu un courrier en provenance du recruteur qui s’était égaré (le courrier, pas le recruteur) grâce à la Poste (toujours là pour vous rendre service faire chier) : "nous sommes ravis de vous confirmer que nous vous convions à un entretien blablabla…" Connards !

 

 

 

 

Quand ça veut pas ça veut pas…

 

C’est d’ailleurs ce même jour qu’on m’a appelée Monsieur. Sérieusement, Monsieur quoi ! Genre j’ai une gueule à m’appeler Gaël ? Genre j’ai pas les cheveux assez longs, un visage assez féminin ? Nan mais Monsieur quoi !

 

 

 

 

Cas de divorce

 

Je me suis demandée si je n’allais pas entamer une procédure de divorce lorsque je me suis rendue compte que mon mari ne connaissait pas Dirty Dancing. Quand je lui donne comme indices « Patrick Swayze » et « on laisse pas bébé dans un coin », ça lui en bouche un justement de coin puisqu’il voit pas de quoi je veux parler. Comme ce dernier n’a quand même pas fait 50 films connus, je lui dis que si c’est pas Ghost, c’est l’autre. Il me répond qu’il a pas vu Ghost. Aïe, il aggrave son cas-là… Et quand je lui montre le clip de Unchained Melody, la chanson du film, il me demande juste : « mais c’est qui déjà la fille qu’est avec lui ? ». Décidément… Il reconnaît pas Demi Moore, c’est de pire en pire. Alors il est un peu plus jeune que moins, certes, mais ce sont des classiques quand même, non !

 

 

 

 

Drague de supermarché

 

Ou de station service en l’occurrence. Eh oui, malgré ma gueule et la patate rouge qui a pris la place de mon nez, je me suis fait draguer par le caissier en allant faire le plein ce matin. Hormis le fait que je sois mariée, on ne peut pas dire que je lui serais tombée dans les bras de toute façon : au moins quinze ans de plus que moi, quinze centimètres de moins (non là j’exagère) (mais il était vraiment pas grand), plutôt rondouillard et… chauve ! Mais très gentil ceci dit. Enfin j’ai quand même pas su quoi répondre quand il m’a dit que j’étais le rayon qui ensoleillait sa journée…

 

 

 

 

Fun fun fun

 

Je pense qu’on va bien se marrer (enfin mes copains et puis toi lecteur) (moi certainement un peu moins) puisque j’ai finalement décidé de partir au ski. Ca promet quelques anecdotes ! 

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:30

 

 

 

J’ai bien dit avec Ragnagna, pas avec mes ragnagna, hein. Nuance. Grosse différence même, parce que Ragnagna vois-tu, c’est une blogueuse elle aussi, et si tu la connais pas encore, je t’invite de ce pas à aller voir par ici ce qu’elle fait, c’est vraiment drôle.

 

 

 

 

Tout à commencer par mon article de photos de Paris. Que d’ailleurs vous avez plébiscité et je vous en remercie. Donc pour te remercier je vais t’en montrer d’autres ici des photos. Mais sois patient, je blablate un peu avant !

 

 

 

 

Et donc, Ragnagna, qui a eu pour Noël un super objectif pour son appareil photo, me disait qu’elle regrettait de ne jamais venir à Paris faire de photos parce qu’elle n’arrivait pas à se motiver toute seule (moi non plus j’y arrive pas, mais Loulou est assez compatissant et m’accompagne) (et on reçoit toujours un tas de monde à la maison qui veut visiter Paris, alors j’en profite pour embarquer mon appareil) (même si au final on visite toujours les mêmes trucs du coup). Bref, on s’est dit que ça pourrait être sympa une sortie photo toutes les deux.

 

 

 

 

Rendez-vous était pris pour le week-end suivant. On se met d’accord sur un thème : Paris en hauteur. Ragnagna nous a donc sélectionné tout un tas de lieux d’où on pourrait voir Paris en hauteur. Elle me dit qu’elle préfèrerait qu’on parte dès le matin, pour les jolies couleurs du matin. Je suis complètement tarée d’accepter alors que je pourrais en profiter pour faire la grasse mat’ lui propose 8h15 pour qu’on puisse même voir le lever du soleil.

 

 

 

 

Dur dur le réveil le samedi matin, je t’explique même pas. Surtout que l’hiver ayant été relativement clément jusque là, c’est pile poil ce jour-là qu’il a décidé de se rappeler à nous et le premier grattage de voiture de l’année (de tout l’hiver même) a failli me mettre à la bourre.

 

 

 

 

Mais une fois sur place, on a absolument pas regretté. Paris à cette heure si matinale pour un samedi, c’est idyllique. Pas de voiture, pas de passants, pas (trop) de touristes et le soleil qui se lève sur la Seine.

 

 

 

 

MG 0644

Quand je te dis que c’est désert le samedi matin !

 

 

 

 

 

Ragnagna, dans le RER, elle faisait des mots croisés un peu compliqués avec des définitions énigmatiques (je sais, c'est le but du jeu, mais là c'était vraiment pas facile). On s’est retrouvées à Invalides. Je lui avais au préalable demandé à quoi elle ressemblait parce que bon, la seule image que j’avais d’elle, c’est  une petite souris un peu gaffeuse ! Elle s’était présentée comme timide. Moi j’ai pas trouvé : plutôt bavarde et agréable, on a fini par passer la journée entière ensemble jusqu’au coucher de soleil !

 

 

 

 

 

Je te laisse maintenant regarder le résultat : 

 

 

 

 

 

MG 0650

 

 

 

 

MG 0664

 

 

 

 

MG 0667

 

 

 

 

MG 0702

 

 

 

 

MG 0711

 

 

 

 

MG 0721

 

 

 

 

MG 0687

 

 

 

 

 

On a commencé par Notre Dame. Et figure-toi qu’on est montées tout en haut. 387 marches au total. Le premier qui me dit : « bah pourquoi vous avez pas pris l’ascenseur ? », il s’en prend une ! Et je me suis dit qu’il fallait absolument que je me remette au sport, ne serait-ce que pour éliminer le petit bidon qui s’est formé après les fêtes me maintenir en forme un minimum : j’avais les cuisses en feu et j’ai bien cru que je recracherais mes poumons avant d’arriver en haut…

 

 

 

 

 

Mais la vue qu’on a de là-haut, c’est juste magique, vise un peu :

 

 

 


 

MG 0757

 

 

 

 

MG 0759

 

 

 

 

MG 0769

 

 

 

 

 

 

 

Comme si on avait pas pris assez de marches comme ça, on a continué par les quais :

 

 

 

 

 

MG 0781

 

 

 

 


Puis pour voir Paris de haut, étape incontournable :

 

 

 

 

 

MG 0793

 

 

 

 

 

On était jamais montées en haut ni l’une ni l’autre, d’ailleurs Ragnagna bondissait comme une petite folle quand je lui ai dit que oui, on pourrait y aller (en vrai je sais pas si elle bondissait, mais moi j’imagine que oui !).

 

 

 

Comme on est deux cinglées voulait pas attendre dans la queue d’attente gigantissime pour l’ascenseur, on s’est dit qu’on allait monter par les marches. Notre Dame, c’était pas assez pour deux grands sportives comme nous ! Puis on s’est rendues compte qu’en prenant l’escalier, on ne pourrait aller qu’au deuxième alors qu’on voulait aller au troisième étage. Bon alors, on est quand même allées faire la queue pour l’ascenseur… On a appris plus tard qu’en fait, on pouvait monter les escaliers puis rejoindre le dernier étage à partir d’un ascenseur au 2ème. Tant pis, la prochaine fois peut-être.

 

 

 

1h30 d’attente plus tard, j’avais perdu mes mains, mes oreilles et mon bout de nez à cause du froid on entrait enfin dans la grande dame de fer. 

 

 

 

Là aussi, ça valait le coup d’attendre :

 

 

 

 

 

MG 0800

 

Pfff, il est pas si grand que ça l'Arc en fait, pas de quoi trimpher !

 

 

 

 

 

MG 0814

 

 

 

 

MG 0827

 

La lumière du soleil couchant sur les Invalides...

 

 

 

 

 

MG 0828

 

 

 

 

MG 0854

 

 

 

 

MG 0855

 

 

 

MG 0858

 

 

 

 

Par contre, si toi-même tu prévois de monter tout en haut de la Tour Eiffel par un bel après-midi d’hiver, pense à prévoir gants, manteau, écharpe, etc., parce que ça souffle là-haut, et pas qu’un peu ! Ca paraît évident comme ça, mais ni l’une ni l’autre n’avions de gants. Puis Ragnagna, c’est une grande folle, elle avait même pas de manteau, parce qu’ elle est pas frileuse. Bah même elle pourtant elle avait pas chaud tout en haut.

 

 

 

Et parce que les bonnes choses ont une fin (sauf le saucisson qui en a deux), il a fallu se séparer et rentrer chacune chez nous.

 

 

 

MG 0876

 

 

 

 

 

J’espère que tu auras apprécié la balade avec nous !

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 07:30

 

 

 

Nan, je suis pas folle à lier. A peine suis-je un peu barrée dans ma tête, mais sinon j’ai une vie plutôt calme, tranquille, rangée. Rien d’extraordinaire. Un peu comme tout le monde quoi.

 

 

Et pourtant, j’arrive à y mettre un petit grain de folie par-ci par-là. De quoi pimenter cette vie bien tranquille, rangée, ordinaire. De quoi la chambouler un peu aussi parfois. De quoi casser la routine. De quoi être heureuse.

 

 

J’ai jamais sauté à l’élastique. Ni en parachute. Un jour, peut-être, le parachute. Si je ne me dégonfle pas (et lui non plus), parce que plus je vieillis, plus j’ai tendance à devenir trouillarde…

 

 

Mais j’ai fait des trucs sympa : du canyoning, de l’escalade, de l’ulm, de la plongée, de la moto…

 

 

J’ai d’autres exemples de grains de folie. Je suis tatouée. Ca ne recouvre pas mes bras ou mon dos. J’ai juste deux petits tatouages. Un sur l’épaule, un sur la cheville. Le premier, je l’ai fait à 17 ans. J’étais vraiment très jeune. Maintenant, plus de 10 ans après, je ne le regrette toujours pas.

 

 

Je suis partie vivre à l’étranger. En Oregon. J’en ai déjà parlé un peu sur ce blog. La première fois dans le cadre de mes études puis j’y suis retournée pour être assistante de français dans une université.

 

 

J’ai complètement changé d’orientation scolaire. A la base, tout me destinait à être prof d’anglais. Je suis allée jusqu’en Maîtrise dans mes études d’anglais. Puis quand je suis revenue d’Oregon, j’ai décidé que je voulais travailler dans l’environnement. Voilà, comme ça, j’ai eu une illumination, à la fin de mes études, je savais enfin ce que je voulais VRAIMENT faire.

 

 

Je me suis mariée. Je sais, tu vois pas le rapport. Pourtant tout le monde le dit : « quoi ? Vous vous mariez ? Mais vous êtes cinglés ? » Bah écoute, pour l’instant, tout va bien !

 

 

Justement, on a décidé comme ça que ce serait bien de partir littéralement au bout du monde pour notre voyage de noces. Je t’en ai déjà un peu parlé ici. Parce qu’on rêvait de découvrir la Nouvelle Zélande.

 

 


 Image8

 

 

 

 

Puis, quelques mois plus tard, juste parce qu’on est un peu fous aussi, on a décidé de nous rendre en Egypte quand personne d’autre ne voulait y aller. C’était pas mal : les prix étaient bradés et on était tranquilles pour les visites, y avait pas beaucoup d’autres touristes pour nous emmerder (et puis y avait des gardes armés pour nous protéger) !

 

 

 

Ma dernière folie, c’est de faire le tour du monde. Ouais, comme ça. Je me dis que ce serait vraiment un truc à faire pour Loulou et moi. Ca n’en est qu’au stade de rêve pour l’instant et même pas encore à celui de projet (si on y vient un jour), mais voilà un truc complètement fou que j’ai envie de faire.

 

 

Et puis sinon, il y a tous ces petits moments de folie au quotidien : les batailles de polochons, les départs en week-end sur un coup de tête, l’achat impulsif d’un truc dont on a pas besoin, etc.

 

 

 

 

Toutes ces petites choses qui assaisonnent un peu notre quotidien afin qu’il ne soit pas trop fade et qu’il soit agréable à vivre, agréable de supporter tout le reste. 

 

 

C'était ma participation au "lundi parmi tant d'autres" chez Zaza

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:50

 

 

 

Je me suis souvent plainte de mon nom de famille quand j’étais plus jeune. Comme tout le monde, je crois. Et de mon prénom aussi. Comme tout le monde, je crois aussi.

 

 

 

Mais tout est relatif.

 

 

 

L’autre jour, je faisais des visites de contrôle dans des bâtiments publics. Quand j’ai demandé à parler à un responsable, on m’a répondu qu’il fallait que je m’adresse à Monsieur La Bite. Comme j’ai cru mal comprendre, j’ai redemandé pour être sûre. On m’a répondu : «  C’est Monsieur La Bite qu’il faut voir. Vous le trouverez au premier ».

 

 

 

Hummm. Bon. Surtout, ne pas rire. Mais il faut quand même que j’inscrive son nom sur mon formulaire alors je préfère demander l’orthographe pendant que je suis à l’accueil, plutôt que de demander à l’intéressé. Je sais. C’est con.

 

 

 

« Monsieur La Bite. L.A.B.I.T. ».

 

 

 

Dans ma tête, ça a fait « aaaaaaah ! Labit ». Mais j’ai du penser trop fort puisque la dame de l’accueil à tenu à préciser : « On peut dire Labit ou La bite ».

 

 

 

Mon esprit a beau être lubrique parfois, quand je suis montée au premier, j’ai demandé à voir M. Labit (sans prononcer le « t » donc à la fin). Bah oui c’est comme ça.

 

 

 

En même temps, je comprends pas comment on peut avoir un patronyme qui est déjà assez pénalisant en soi et décider de le rendre encore plus ridicule. Donc à tous ceux qui n’auraient pas déjà remarqué et décidé de se moquer, il leur donne le « bâton » pour se faire battre. Je sais, jeu de mots pourri. J’assume. Remarque, j’aurais aussi pu dire qu’il leur tendait la perche.

 

 

 

martine-bite.jpg

 

 

 

 

Et comme c’était la journée, en me rendant dans un immeuble ce même jour, je n’ai pu que remarquer le nom « Nique » inscrit sur une boîte aux lettres. Et je parle pas d'un graffiti sur la boîte. C'était bel et bien un nom de famille. J’espère juste que ses parents n’auront pas eu le mauvais goût de le/la prénommer Dominique…

 

 

 

Je me suis souvent plainte de mon nom de famille quand j’étais plus jeune. Maintenant, quand j'en vois certains, je ne me rappelle plus vraiment pour quelle raison.

 

 

D’ailleurs, j’ai appris à tellement aimer mon nom que maintenant je ne veux plus en changer.   

 

 

 

Et toi quelle est ta relation avec ton nom ? Tu l’aimes ou tu veux le quitter ? 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 19:08

 

 

Code-route-pour-nuls.jpg

 

 

 

 

Si t’as bien suivi ici ou , tu as du remarquer que même si j’adore conduire, ça me fait incroyablement chier de devoir partager la route avec des connards incompétents de la conduite.

 

 

Là, tu te dis : « si ça t’emmerdes de conduire avec les autres, t’as qu’à aller rouler sur circuit, morue, et fermer ta grande gueule et arrêter de nous faire chier avec ça ! » T’as peut-être pas complètement tort, sauf qu’il faut bien que je me déplace et que j’estime ne pas conduire si mal que ça. Ouais et j’suis modeste en plus !

 

 

Et d’ailleurs partager la route si tout le monde était courtois, civilisé et avait un minimum de savoir-faire, ça me ferait chier quand même car j’aime pas les bouchons ni la conduite au ralenti bah ça me dérangerait pas spécialement. 

 

 

Je ne vais pas te reparler des grands classiques énoncés les fois précédentes, mais la liste des aberrations en matière de conduite est tellement longue et non exhaustive que je sens que j’ai pas fini de te rebattre les oreilles avec ça d’en écrire des articles sur le sujet.

 

 

 stop-96379

 

 

On connaît tous cette fameuse mais néanmoins courante situation où l’on roule sur un axe prioritaire, qu’un véhicule est arrêté à un Stop et te voyant débarquer, il hésite à s’engager. J’y vais, j’y vais pas. Il a largement le temps avant que t’arrives, mais il est pas sûr. Et c’est juste au moment où t’arrives sur lui qu’il se décide à décoller ! Mais bien sûr !

 

 

Et si encore, il appuyait bien sur la pédale de droite pour dégager et ne pas trop gêner, mais non, il prend bien tout son temps pour repartir et t’oblige inévitablement à freiner… Bouffon.

 

 

 

 

On connaît tous aussi les connards (ou les connasses, je suis pas sexiste, ça marche aussi pour les filles) qui ont touuuuuute la place pour se garer dans la rue. Des places stationnement en veux-tu en voilà, mais qui s’arrêtent quand même en warning en double file parce que, sait-on jamais, ils pourraient peut-être se faire une foulure s’ils devaient marcher 10 mètres de plus… Ou parce qu’ils ont un texto hyper important trop d’la balle, à répondre en urgence et qu’il faudrait surtout pas perdre 1 minute juste pour se garer correctement.

 

 

Nan nan, eux ils se posent là, tranquille, et préfèrent te faire chier à devoir les doubler alors qu’il arrive du monde en face plutôt que de se ranger correctement. Il m’arrive bien entendu de ne pas avoir d’autre choix et de ne pas pouvoir faire autrement, mais bordel, quand il y a de la place à proximité, FAUT PAS DECONNER NON PLUS !!!

 

 

 

Apo129915971136 art

 

 

 

Et puis il y a aussi les amateurs de nouveauté. J’en veux pour preuve ce que ce conducteur m’a fait l’autre jour. J’en suis restée sur mon fondement (mot poli pour pas dire cul). Une rue en sens unique. Une longue file (j’allais dire queue, mais t’as vu quand même comment je fais tous les efforts possibles pour pas faire référence au sexe là !) de voitures au feu. Et là, un mec en voiture (oui oui, bien en voiture, pas en vélo ou en scooter ou en skate-board) décide de doubler touuuuute la file en passant par… le trottoir bien entendu ! Et de griller le feu rouge bien entendu. On n’est plus à ça près. Et là, moi qui arrivait de l’autre côté de la route et qui ait failli me l’emplafonner, je me dis que s’il y avait eu le moindre piéton, le moindre gamin, la moindre grand-mère, la moindre poussette, ça se passait comment ?

 

 

Je suis pourtant pas la dernière à appuyer sur l’accélérateur dès que je peux, mais tant qu’il y aura des comportements comme ça sur la route, je suis pas prête de m’arrêter de gueuler.

 

 

Moralité : t'as pas fini de m’entendre de râler !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gaëlle
commenter cet article

Présentation

  • : Something about Gaëlle
  • Something about Gaëlle
  • : Jeune provinciale débarquée à Paris, jeune mariée, jeune débutante dans le monde du travail, jeune écrivain talentueuse (mouais peut-être), mais surtout jeune fille comme il y en a tant d'autres, voici enfin mon espace pour déverser mes humeurs, non sans humour
  • Contact

Suis moi là-bas aussi :

 

 facebook-logo     twitter-logo

Suivez-moi sur Hellocoton

bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

Archives

Liens